Lundi de Pentecôte férié : la proposition de loi définitivement adoptée

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Le Sénat a voté conforme ce mercredi 9 avril la proposition de loi sur la "journée de solidarité", donnant ainsi l'aval du Parlement au rétablissement du lundi de Pentecôte comme jour férié et à l'organisation à une autre date d'une journée supplémentaire de travail non rémunérée. Déposée par le député UMP Jean Leonetti pour corriger les difficultés d'application de la loi de 2004 fixant la journée de solidarité le lundi de Pentecôte, cette proposition de loi avait été adoptée par l'Assemblée nationale le 26 mars. La secrétaire d'Etat à la Solidarité, Valérie Létard, qui l'a défendue au Sénat, a souligné qu'en dépit des difficultés rencontrées, "la journée de solidarité a fait la preuve de son efficacité", générant un revenu de 2,3 milliards d'euros destiné à "améliorer la prise en charge des personnes âgées et handicapées". Le texte a fait le plein des voix UMP et UDF. La gauche PS et PCF a voté contre.
Il prévoit que "les modalités d'accomplissement de la journée de solidarité sont fixées par accord d'entreprise ou d'établissement ou, à défaut, par accord de branche". Pour la fonction publique territoriale, la décision sera prise "par une délibération de l'organe exécutif de l'assemblée territoriale compétente, après avis du comité technique paritaire concerné". Comme dans le secteur privé, il s'agira d'opter, soit pour "un jour férié précédemment chômé autre que le 1er mai", soit pour "un jour de réduction du temps de travail tel que prévu par les règles en vigueur", soit pour "toute autre modalité permettant le travail de sept heures précédemment non travaillées, à l'exclusion des jours de congé annuel". La délibération entrera en vigueur le 2 mai 2008.

C.M. et AFP


Pour aller plus loin

Lire aussi