Education / Sécurité - Des policiers municipaux armés dans les écoles de Nice à partir de la rentrée 2017

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

"Chaque école publique de Nice aura son policier municipal, un policier dédié, en uniforme, armé, qui gérera toutes les problématiques de l'école pendant tout le temps scolaire." La ville de Nice a confirmé, le 23 janvier, l'affectation de policiers municipaux armés dans les écoles de la commune à compter de la rentrée 2017. Une "unité sécurité scolaire" sera créée via des recrutements d'agents et à la réorganisation de la grille horaire des policiers municipaux.
Avec un peu plus de 150 écoles maternelles et élémentaires sur son territoire, la ville prévoit le recrutement de 130 agents. Elle comptera alors 550 policiers municipaux et "pourra déployer ainsi entre 130 et 230 fonctionnaires quotidiennement, contre 60 à 90 aujourd'hui", indique-t-elle.
"Assurer la sécurisation préventive et curative" des établissements scolaires, "assurer les entrées et sorties d'école", ainsi que des "interventions en matière de flagrants délits à l'intérieur de l'enceinte" : telles sont quelques-unes des missions qui incomberont aux policiers municipaux de la "brigade école" de la ville, indique une note présentée aux syndicats, le 17 janvier, à laquelle AEF a eu accès. "Des policiers municipaux et des agents de sécurité privée sont présents devant les écoles depuis la rentrée. La sécurité de ces sites est une demande de la population niçoise, comme l'ont montré les résultats d'un questionnaire lancé par la mairie en 2016", justifie la ville.
"La CGT éduc'action condamne fermement l'idée que des policier.ère.s soient affecté.e.s à l'intérieur même des établissements scolaires", écrit l'organisation dans un communiqué daté du 19 janvier . "Nous dénonçons également une décision qui semble être prise de façon unilatérale sans l'avis de l'Education nationale." La présidente de la FCPE des Alpes-Maritimes, Laëtitia Siccardi, dénonce de son côté sur son compte Twitter une "surenchère sécuritaire".

Lire aussi