Téléphonie mobile - L'Etat financera les points hauts des zones blanches

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdes territoires.fr/donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Si les zones blanches ont rempli bien des pages à l'encre noire ces derniers mois, il semblerait que l'on arrive enfin à un dénouement. Alors qu'au moins 238 communes françaises ne disposent toujours pas de couverture mobile, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a annoncé le 19 janvier que l'Etat prendrait à sa charge les coûts de déploiements. Cette décision, dont Emmanuel Macron a fait part lors de la présentation des vœux de l'Arcep (voir notre article de ce jour), devrait mettre un terme à la fronde des associations d'élus sur le financement des points hauts (voir notre article du 6 janvier).
Le ministre a profité de la tribune offerte par l'Arcep pour revenir sur l'action de l'Etat en faveur du numérique dans les territoires. Rappelant que la connectivité des territoires était "l'une des obsessions" du gouvernement et du législateur, Emmanuel Macron a annoncé que l'Etat "prendrait à sa charge l'ensemble des coûts de construction des pylônes" pour les communes qui ne disposent toujours pas de couverture mobile. En prenant clairement position, le ministre de l'Economie donne du sens aux mots prononcés par François Hollande quelques jours plus tôt sur le sujet dans ses vœux aux territoires : le président a annoncé que 30 millions d'euros seraient débloqués pour la couverture de plus de 300 communes en 2016 (voir notre article du 19 janvier).
Les données officielles faisaient état jusqu'ici de 238 communes situées en zones blanches. Ce chiffre, fortement contesté par les représentants des collectivités, a apparemment été réévalué à la hausse ces dernières semaines. Par ailleurs, Emmanuel Macron a annoncé la publication dans les prochains jours d'un arrêté visant à actualiser cette liste. Il a appelé le Régulateur a faire preuve de la même vigilance pour les 2.200 communes rurales en "zones grises", dont la couverture en 3G devrait être opérante d'ici mi-2017. Concernant la couverture des 800 sites prioritaires (zones d'activité économique, touristique…), près de 400 sites devraient être équipés dès cette année. A terme, le ministre assure que plus de 3.000 communes pourraient bénéficier d'un meilleur accès aux services mobiles grâce à cette initiative.
Il est également revenu en détail sur le plan France Très Haut débit, en annonçant que "2016 sera une année d'exécution", "l'année du déploiement de la fibre optique" tout en rappelant que 2 milliards d'euros avaient déjà été engagés pour "faire accéder toutes et tous au numérique". Il est selon lui nécessaire "d'accélérer dans les zones moins rentables" pour fournir "l'infrastructure de base que nous devons à notre pays". Le très haut débit est un outil "indispensable" pour lutter contre "l'exclusion économique, la frustration sociale, la colère politique et une forme de malaise moral" qui touche une partie des Français.

Lire aussi