Transports / Environnement - La Manche roule à l'hydrogène


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Premier département à s'être doté d'une station-service d'hydrogène, la Manche mise sur cette énergie dans son plan de mobilité. Elle a annoncé le 8 septembre un doublement de sa flotte de véhicules électriques fonctionnant avec de l'hydrogène et n'émettant par conséquent pas de CO2. La collectivité, qui se veut "démonstrateur de l'économie de l'hydrogène", vient de passer commande de cinq Hyundai ix35 Fuel Cell, des SUV qui seront livrés en décembre. De source proche du dossier, chacun a coûté 41.700 euros au département, contre un prix public de 59.700 euros. Premier modèle produit en série équipé d'une pile à combustible fonctionnant à l'hydrogène, selon Hyundai, le ix35 Fuel Cell a une autonomie de 600 km par plein et peut atteindre une vitesse maximale de 160 kmh. Il ne produit pas d'émissions nocives - seule de la vapeur d'eau est expulsée de son pot d'échappement, ajoute le constructeur coréen, et faire le plein ne prend que quelques minutes.
Depuis le début de l'année, la Manche possède déjà cinq véhicules à hydrogène, des Kangoo Maxi ZE, d'une autonomie d'environ 180 km, fabriqués par Renault et Symbio FCell, société spécialisée dans les piles à combustible et basée à Grenoble. Chaque véhicule avait coûté 30.000 euros. "Au vu du développement de la mobilité hydrogène dans la Manche", Hyundai Motor France a en outre "décidé d'investir" dans un centre d'expertise hydrogène qui va être mis en place à Saint-Lô, a indiqué le département dans son communiqué.
Le réseau de stations-service d'hydrogène devrait également s'étendre au-delà des frontières de la Manche puisque la région Basse-Normandie a récemment annoncé qu'elle allait se doter de 15 stations-service d'hydrogène entre 2015 et 2018, "une première mondiale", d'un coût de 8 millions d'euros financé pour moitié par Bruxelles.
 

Lire aussi