Environnement - Qualité des eaux de baignade en Europe : la France à la traîne

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Les vacanciers pourront nager sans risques cet été sur 95% des quelque 21.000 sites de baignade contrôlés de l'Union européenne, selon le dernier rapport de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) qui se fonde sur des prélèvements faits courant 2014 et inclut cette année des données sur la Suisse et l'Albanie. Le précédent chiffrait à 94,7% les eaux de baignade du territoire de l'UE répondant aux normes de qualité minimales fixées par la législation européenne. Cet état des lieux est fourni par les États, qui mesurent la présence des bactéries provenant des eaux usées et du bétail susceptibles de provoquer vomissements et diarrhées. Mais cette évaluation ne prend pas en compte la pollution préjudiciable au milieu naturel.
La proportion des eaux de baignade "d'excellente qualité" est de 83%, en très légère progression par rapport à l'année précédente, indique l'AEE. Six pays européens sont nettement au-dessus de ce seuil d'excellence. Tous les sites de baignade à Chypre, au Luxembourg et à Malte présentent une eau jugée d'excellente qualité. Ces trois pays sont suivis par la Grèce (97% des sites), la Croatie (94%) et l'Allemagne (90%).
A contrario, moins de 2% de la totalité des sites présentait une eau de qualité insuffisante, le plus grand nombre se répartissant entre l'Italie (107 sites), la France (105) et l'Espagne (67 sites).
La qualité des eaux, des lacs et rivières reste en recul sur celle des mers, mais s'améliore : elle est "excellente" pour 78,2% des eaux de baignades intérieures, soit 1,6 point de plus que l'année dernière, et 91% répondent au moins aux normes minimales. En matière d'eaux intérieures, ce sont l'Espagne, l'Irlande, les Pays-Bas et la France qui enregistrent le pourcentage le plus élevé de sites à problèmes.
En bord de mer, 85,5% des sites offrent des eaux excellentes. La Croatie, Malte, Chypre, la Grèce, le Portugal et l'Italie font mieux, devant l'Espagne (85,6%). La France est à la traîne avec un taux d'excellence de 77,3%. Globalement, près de 97% des sites satisfont aux normes minimales. En proportion, les rivages scandinaves et baltes comptent le plus de zones rouges.
 


Pour aller plus loin

Lire aussi