Open Data - Une première réunion des collectivités engagées dans l'"Open Data"


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Une rencontre réunissant les villes ayant déjà lancé un portail "Open Data" a été organisée, début février, à Paris, à l'initiative de l'association Libertic. Objectif : amorcer la structuration d'un domaine encore largement expérimental, notamment en harmonisant ou en mutualisant les actions.
"L'idée d'une harmonisation remonte à 2010. A l'époque nous étions moins nombreux, beaucoup de projets étaient en construction et peu de collectivités pouvaient s'appuyer sur des équipes dédiées diposant d'un peu de temps pour réfléchir", rappelle Claire Gallon, cofondatrice de Libertic, association principalement consacrée à la promotion de l'Open Data. L'ouverture rapide de nouveaux portails peut contribuer à maintenir le morcellement de l'information. Aussi l'organisation d'une réunion nationale était attendue pour mettre un peu d'ordre dans le millefeuille déjà perceptible de l'Open Data. Toutes les collectivités ayant lancé un portail ou sur le point de l'ouvrir (voir encadré ci-dessous), ainsi que la Fondation internet nouvelle génération (Fing), la Commision nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) et la mission Etalab, avaient répondu à l'invitation. La réunion a tout d'abord permis d'identifier les problématiques et points de vigilance sur lesquels un traitement collectif pouvait s'avérer nécessaire. Les questions de lisibilité, pour rendre l'information plus accessible, de démocratisation, de normalisation des formats et de pérennité de l'Open Data ont été largement évoquées.

Référentiels, normalisation et observatoire de l'Open Data

Dans un deuxième temps, quelques axes de travail communs "incontournables" pour garantir la cohérence des actions menées sur le terrain ont été mis en évidence, principalement dans quatre domaines :
- Recensement des applications Open Data : un premier groupe de travail va rencenser les applications existantes en vue de la création d'un magasin d'applications ouvert. En complément, il va identifier les données les plus valorisées sur lesquelles un travail d'harmonisation pourrait être réalisé.
- Réalisation d'un référentiel de bonnes pratiques : un second groupe prévoit la constitution d'un référentiel de bonnes pratiques autour des démarches de publications de données. Un outil d'analyse (Opquast reporting) ainsi qu'un ensemble d'indicateurs sont mis à la disposition des collectivités territoriales pour leur permettre d'évaluer leurs démarches.
- Normalisation du catalogage des données : ce chantier est l'un des plus stratégiques puisqu'il vise à faciliter l'identification à différentes échelles des jeux de données (datasets) disponibles en normalisant la constitution des fiches de métadonnées, en s'inspirant des initiatives européennes réalisées sur le domaine de l'information géographique (directive Inspire).
- Création d'un observatoire de l'Open Data : l'ensemble des actions projetées lors de cette première réunion devrait conduire à la création d'un site commun afin de mettre à disposition de tous les futurs entrants une veille sur les initiatives pertinentes en France et à l'étranger, des supports pédagogiques et des services de partages d'outils et de référentiels. 
Devant le succès de ce premier échange qui confirme le degré d'appétence des villes, certains responsables ont évoqué l'idée de création d'une association, plus formelle, réunissant les collectivités territoriales afin d'accélérer et de consolider la production collective et la standardisation. D'autres ont estimé ce stade encore prématuré. "La première étape doit tout d'abord valider le fait de travailler ensemble", indique de son côté Claire Gallon, qui souligne une première avancée avec la constitution de six groupes de travail (vulgarisation, juridique, normalisation, animation, indicateurs, outils) et la volonté d'entreprendre des actions communes.

Philippe Parmantier / EVS

Les collectivités présentes, leurs projets et réalisations
Conseil général de Loire-Atlantique : ouverture prévue en mars 2012. Projet de mutualisation avec la mairie de Nantes et l'agglomération.
Ville de Nantes et Nantes métropole : site ouvert en novembre 2011 avec une quarantaine de jeux de données.
Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur : ouverture prévue pour la mi-2012.
Conseil général du Loir-et-Cher : site ouvert depuis décembre 2011 et présence sur data.gouv.fr.
Ville de La Rochelle : projet d'ouverture en avril 2012, en partenariat projeté avec l'agglomération, l'université et les entreprises de la filière numérique.
Brest métropole : un portail de données géographiques déjà disponible et un projet de portail de données prévu pour mai 2012.
Conseil général de la Gironde et conseil régional d'Aquitaine : les deux collectivités ont lancé un portail en octobre 2011 en vue de mutualiser les données des grandes entités publiques sur la région.
Conseil général de Saône-et-Loire : lancement d'un portail en septembre 2011 intégrant un outil de visualisation des données et un outil professionnel.
Grand Toulouse : ouverture d'un portail en octobre 2011 avec 31 jeux de données en ligne.
Rennes métropole : agglomération pionnière ayant déployé sa première version de portail en avril 2010. Il héberge 150 jeux de données aujourd'hui.
Ville de Brocas : cette commune de 800 habitants prévoit l'ouverture de son portail au premier trimestre 2012. Au menu : des données touristiques, financières et relatives aux chantiers en cours
Ville de Paris : portail ouvert début 2011 avec 43 jeux de données.
Conseil général du Maine-et-Loire : en phase de démarrage avec l'inventaire des données disponibles.
Ville de Montpellier : portail ouvert en mars 2011 avec une soixantaine de jeux de données en ligne.

Pour aller plus loin

Lire aussi