Territoires Conseils

Saint-Lô, ville de la reconstruction, implique ses habitants dans son changement d'image (50)

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

 Place du marché  de Saint-Lô
© Ville de Saint-lô | Place du marché de Saint-Lô

La ville de Saint-Lô dans la Manche a lancé un vaste chantier de reconquête de son cœur de ville entièrement reconstruit après la Seconde Guerre mondiale. Réunions d'information, sondages, groupes de travail... Le premier défi est de changer l'image un peu terne qu'en ont les habitants afin de les inciter à y vivre et à restaurer leurs logements.

Reconquérir le cœur de la ville de Saint-Lô (20.405 hab.) dans la Manche est un pari ambitieux et au long court. Détruite à 90% en juin 1944, elle s’est alors vu désigner comme la "capitale des ruines". La reconstruction est engagée dès 1948 mais les Saint-Lois peinent à accepter le nouveau visage de leur ville, rebâtie de façon "moderne". Ils ont perdu tous leurs repères : le tissu urbain traditionnel dense a laissé place à de vastes espaces - places, rues, îlots...- édifiés pourtant pour améliorer leurs conditions de vie et fluidifier la circulation.

Les Saint-Lois jugent leur ville grise et impersonnelle

Aujourd’hui encore, les Saint-Lois jugent leur ville grise et impersonnelle. Dans les années 80-90, les lotissements qui ont fleuri en périphérie ont alimenté ce sentiment. Si le taux de vacance des commerces reste mesuré, ce n’est pas le cas de celui des logements, en nette augmentation durant cette période. Il devient urgent de changer le regard des habitants sur leur ville pour qu’ils puissent se la réapproprier et y revenir...

Accompagner le retour des habitants vers le centre-ville

La municipalité a lancé un vaste programme de reconquête du centre-ville qui court de 2016 à 2022. Elle ne part pas de rien. Depuis des années des acteurs du territoire ont mené des actions ponctuelles qui ont commencé à changer l’image de Saint-Lô : colorisation des façades par un artiste, propositions d’étudiants pour réaménager les îlots délaissés, bornes d’information réalisées par des collégiens, visites de la ville et conseils proposés par le CAUE, participation aux Journées européennes du patrimoine... "Nous constatons en outre un nouvel attrait pour la proximité des services en centre-ville par une population lassée de devoir prendre la voiture pour chaque démarche", témoigne le directeur du CAUE, Emmanuel Fauchet. "Dans nos échanges, l’importance du vivre-ensemble revient souvent." Pourtant, ces premiers habitants prêts à revenir en ville peinent à trouver des logements accessibles et bien entretenus.

Habitants et professionnels concertés et impliqués

Tout se tient donc. Rien ne peut être mené successivement ou de façon indépendante. C’est pour cela que le programme de la municipalité intervient aussi bien sur l’aménagement des lieux publics que sur la sensibilisation et l’accompagnement à la restauration des espaces privés. En 2016, une vaste concertation auprès des habitants, des commerçants, et des partenaires institutionnels (État, région, département, CAUE, ABF...) permet de recueillir leur sentiment et leurs propositions (voir encadré). Groupes de travail, réunions publiques, questionnaires, rencontres sur les marchés, ateliers participatifs... Au total une douzaine de rendez-vous.

Actions sur tous les fronts

Une agence extérieure est sollicitée pour mener une étude sur l’aménagement du centre afin de développer le commerce, le tourisme et améliorer la qualité de vie : réhabilitation du patrimoine de la reconstruction, renforcement de l’accessibilité et de la convivialité des espaces publics, sécurisation des déplacements... Très concrètement, cela se traduira par une restauration de la halle qui abrite le marché, du beffroi, des remparts et du théâtre, l’installation de mobilier urbain et d’aires de jeu, la végétalisation de certains sites, la piétonisation d’autres secteurs...

Moderniser les logements pour lutter contre la vacance

"Une opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah) est renouvelée pour soutenir les efforts des particuliers dans l’amélioration de leurs habitations. L’objectif visé n’est pas une densification mais bien une meilleure occupation des logements vacants. Une Opération collective de modernisation (OCM) de l’artisanat et du commerce est également engagée", précise le maire, François Brière.

Les copropriétés plus complexes à traiter

Le centre-ville de Saint-Lô compte huit îlots de copropriétés de la reconstruction qui totalisent 480 logements. Ces derniers souffrent d’une isolation insuffisante, de parties communes trop étroites et vétustes, de cours intérieures délaissées. "Mais c’est assez complexe à traiter car chaque îlot concerne 70 à 100 propriétaires qui ne sont généralement pas organisés en syndicat de gestion. C’est pour avancer sur ces questions que nous venons de lancer un Programme opérationnel de prévention et d’accompagnement des copropriétés (Popac) sur certains immeubles", ajoute le maire. Mené avec le soutien de l’Agence nationale d’amélioration de l’habitat (Anah) et de la Caisse des Dépôts, le programme permettra de structurer l’organisation des copropriétés, et d’inciter à la réalisation de travaux en apportant une expertise technique et économique aux propriétaires.

Information tous azimuts

Les premiers travaux sur les espaces publics ont débuté à la fin de l’année 2017 et se prolongeront jusqu’en 2022. Pendant ce temps, des réunions, le site Internet de la ville et des supports papier informeront en continu des habitants sur la philosophie, l’avancée des travaux, les événements festifs corrélés aux chantiers, mais aussi sur les contraintes temporaires. Sont d’ores et déjà prévus une grande collecte de souvenirs, témoignages, objets et archives des années 50 à Saint-Lô, une conférence sur l’évolution de la place centrale, l’aménagement d’un espace dans le musée et la publication d’un livre sur l’histoire de la reconstruction, une exposition à la mairie, la demande d’une protection au titre des monuments historiques de certains éléments de la ville...

Budget, subventions, cofinancement
Hors coût de maîtrise d’œuvre, d’études et de prestations diverses, les travaux municipaux sont estimés à 9,7 millions d’euros HT pour les espaces publics et 924.000 euros HT pour la halle et le beffroi. Les subventions et cofinancements ne sont pas encore tous formalisés mais la ville a d’ores et déjà répondu à un appel à projets régional "Renforcement de l’attractivité des centres des villes reconstruites" qui devrait apporter un financement de 1,5 million d’euros. Sinon le Fisac co-finance l’OCM et les particuliers peuvent disposer de soutien du conseil départemental de la Manche.

 

Richesses cachées du patrimoine de la reconstruction
Le CAUE de la Manche, très impliqué dans la démarche de la ville, organise des visites depuis une douzaine d’années pour les habitants, les touristes, les écoles et les élus. Objectif : sensibiliser tous ces publics aux richesses du patrimoine de la reconstruction : reliefs sur les façades, matériaux nobles des façades cachés sous une poussière grise qu’il suffirait de nettoyer pour leur redonner leur couleur d’origine…

 

Quelques éléments de l’enquête menée auprès des habitants et professionnels de Saint-Lô
79% des sondés viennent faire leurs achats dans le centre-ville, 51% s’y rendent pour s’y promener et seulement 21% pour y travailler.
67% y viennent plusieurs fois par semaine, aucun Saint-Lois ne se rend jamais dans le cœur de la ville.
77% des sondés s’y rendent en voiture, 40% utilisent les transports en commun. 52% des sondés stationnent sans problème dans le centre-ville.
88% sont satisfaits des fréquences et horaires des marchés mais 36% des sondés seulement trouvent la halle qui les abrite conviviale.
Moins d’un sondé sur trois trouve la place principale (Général de Gaulle) accueillante. 87% n’ont pas envie de s’y promener et 52% la jugent peu sûre et dangereuse. Ils réclament une place plus agréable, conviviale (terrasse, mobilier urbain), familiale (jeux pour enfants...) et fleurie.
 

Contacts

Commune de Saint-Lô
Hôtel de Ville, Place Général de Gaulle
50000 Saint-Lô

Tél. : 02 33 77 60 00
Nombre d'habitants : 20405
Site officiel : http://www.saint-lo.fr


Pour aller plus loin

Lire aussi