Territoires Conseils

Merville laisse libre cours à l'eau pour limiter les crues


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Petit canal
© DR | Petit canal

Afin de prévenir les inondations à Merville, dans l'arrondissement de Dunkerque, l'Union syndicale d'aménagement hydraulique du Nord a créé une zone d'expansion des crues de soixante hectares, en amont de la commune. Une opération de restauration écologique exemplaire.

Créée en 1966 pour fédérer les syndicats intercommunaux d’assainissement agricole du secteur, l'Union syndicale d'aménagement hydraulique du Nord (Usan) rassemble aujourd'hui 134 communes. Ses buts se résument en trois mots : prévenir, protéger, préserver.

Inondations à répétition

La commune de Merville (9.000 habitants) se trouve à la confluence de deux cours d'eau et les inondations ont longtemps été la hantise de ses habitants. Pour y mettre fin, dès 2004, l'Usan a lancé des études. Il s'agissait de retenir l'eau en amont de la commune, en créant une vaste zone d'expansion des crues.

Araser les digues pour laisser l’eau s’épandre dans les champs

Un vaste périmètre de soixante hectares, traversé par la rivière Borre Becque, a été retenu pour réaliser ce projet. La déclaration d'utilité publique a permis d’acquérir les terrains et les travaux se sont déroulés entre janvier 2013 et octobre 2015. Sur 1,5 kilomètre, les digues qui canalisaient la rivière ont été arasées. D'importants travaux de terrassement ont permis, d'abord, de recréer un champ d'expansion des crues et, ensuite, de créer des ouvrages de régulation permettant une sur-inondation de certaines parcelles. L'aménagement représente un investissement de 6.240.000 euros HT, dont 900.000 euros pour les acquisitions foncières. Il a été pris en charge pour moitié par l'Europe, via le Feder, ainsi que par la région Hauts-de-France, l'agence de l'eau et l'Usan.

Dispositif efficace qui semble durer

En juillet 2014 et janvier 2015, pendant les travaux, deux inondations ont montré l'efficacité du dispositif. Alors que les ouvrages de régulation n'étaient pas encore en place, aucune habitation de Merville ne fut inondée. Plus tard, en mai-juin 2016, de nouvelles crues confirmèrent que les travaux achevés permettent de maîtriser les inondations.

Restauration écologique… surveillée par les brochets

Ce projet à vocation hydrologique est également une opération de restauration écologique. Outre la création de milieux humides, favorables à la biodiversité, six frayères ont été créées afin de renforcer la population de brochets. Valérie Lorenski, directrice de la stratégie environnementale et foncière de l'Usan, s'en explique : "Le brochet est l'espèce repère du bassin versant, c'est un indicateur du bon état du cours d'eau. Si les brochets vont bien, les autres espèces se seront bien développées. Nous n'avons pas encore constaté de reproduction mais nous mettons en place un plan de gestion pour suivre, durant les cinq prochaines années, le développement écologique du site. Des ajustements seront sans doute nécessaires."

De la Gemapi avant la lettre

La prise en compte du cycle de l'eau dans l'aménagement du territoire, tel que le pratique l'Usan est de plus en plus finement encadré par la loi. Beaucoup de chemin a été parcouru depuis la mise en place des plans de prévention des risques d'inondations (PPRI) en 1987. La loi Mapam du 27 janvier 2014 synthétise ces évolutions en créant la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (Gemapi). Une compétence rendue obligatoire, par la loi NOTRe d'août 2015, à compter du 1er janvier 2018. "Pour nous, cela ne changera pas grand-chose, précise Valérie Lorenski, sous le contrôle du président de l’Usan, Etienne Bajeux. Sur le terrain en tout cas car nous allons devoir changer nos statuts. Aujourd'hui, nos adhérents sont des communes, demain ce seront des intercommunalités."

Contacts

Union syndicale d'aménagement hydraulique du Nord (USAN)
5 rue du Bas, CS70007, Radinghem-en-Weppes
59481 Haubourdin cedex

Tél. : 03 20 5024 66
Nombre de communes : 134

  • Étienne Bajeux
  • Président et premier adjoint de Radinghem-en-Weppes
  • etienne@bajeux.com
  • Valérie Lorenski
  • Directrice de la stratégie environnementale et foncière
  • Tél. : 03 20 50 33 02
  • vlorenski@usan.fr