En bref - Trois écoles primaires niçoises expérimentent l'accueil d'un policier municipal non armé

Publié le 19/04/2018

Trois écoles primaires de la ville de Nice, "choisies avec l’aval des directions et des conseils d’école", accueillent depuis le 16 avril un policier municipal. Ce déploiement s’opère dans le cadre d’une expérimentation souhaitée par le maire Christian Estrosi et validée par le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer qui y a mis une condition : "que les policiers municipaux ne soient pas armés". "Si cette expérimentation est satisfaisante, elle s’appliquera [à l’ensemble des établissements] à la rentrée prochaine", annonce d’ores et déjà Christian Estrosi.
La première mission de ces agents est d'assurer "une présence quotidienne dans l’enceinte de l’école" et permettre un "lien direct" avec la police municipale, indique la mairie. Chaque policier municipal en poste effectue "des levées de doutes avant l’arrivée des enfants" et assure "une présence aux entrées et sorties" des élèves. L’agent assure également "une surveillance permanente via des caméras installées au sein de locaux spécifiques dans l’école, et permettant un retour d’images des caméras alentour".
Le second volet de la mission des policiers municipaux concerne la "prévention en milieu scolaire". Les agents sont notamment responsables de la prévention routière et peuvent délivrer un "permis piéton".
Outre les questions de prévention de la délinquance, ils devront sensibiliser les élèves aux "dangers d’Internet", à la question du "harcèlement en milieu scolaire" et à l’égalité entre les sexes.
La sélection des policiers municipaux "a fait l’objet d’un traitement minutieux", indique la mairie. Après avoir passé des tests visant à "définir la correspondance avec le profil recherché", ils ont été sélectionnés par un jury composé de représentants de l’Inspection d’Académie, de la ville de Nice et de la police municipale.

Lire aussi