En bref - Consultations sur l'Europe : la synthèse des quelque 1.000 événements est en cours

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Les consultations citoyennes sur l'Europe sont terminées, en France comme dans les 26 autres Etats membres de l'UE qui y ont participé. Dans l'hémicycle du Conseil économique, social et environnemental (Cese) où elle avait déjà lancé le processus en mars dernier, Nathalie Loiseau, ministre en charge des affaires européennes, s'est félicitée le 30 octobre de la dynamique observée "partout en France", avec 1.076 événements organisés "en majorité dans des communes de petite taille" et "dans quasiment tous les départements de France" dont tous les départements d'outre-mer. La ministre recense "plus de 70.000 participants au total" ; le Cese parle de 60.000 personnes et, en parallèle, de "plus de 50.000 personnes en Europe" mobilisées par la consultation en ligne.
Réalisé par un comité d'experts piloté par la Commission nationale du débat public (CNDP), le rapport de restitution de ces échanges sera remis au président de la République vers le 15 novembre, en prévision du Conseil européen des 13 et 14 décembre au cours duquel les propositions citoyennes doivent être examinées par les chefs d'État et de gouvernement. S'ouvrira alors la phase de "reddition des comptes", a expliqué Chantal Jouanno, présidente de la CNDP, "souvent la plus compliquée" puisqu'elle implique que les décideurs expliquent en toute transparence leurs choix de retenir ou d'écarter telle ou telle proposition.
Sur la base des 400 comptes-rendus déjà analysés, les quatre thèmes les plus abordés seraient la communication - "visibilité et lisibilité de l'UE" -, la citoyenneté / l'appartenance / l'identité européenne - avec de fortes attentes vis-à-vis des jeunes -, les institutions / la gouvernance et l'environnement, a détaillé Floran Augagneur, vice-président de la CNDP. Un biais est selon lui à prendre en compte : "L'expression est essentiellement pro-européenne, le public eurosceptique s'étant très peu déplacé." Le manque d'information des participants sur l'UE a aussi été régulièrement constaté, avec notamment la formulation de "beaucoup de propositions" d'actions "déjà mises en œuvre".


Pour aller plus loin

Lire aussi