Handicap - Première étape au JO pour la revalorisation de l'AAH

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© Fotolia |

Un décret du 31 octobre 2018 met en place, à compter du 1er novembre, la première étape de la revalorisation de l'allocation aux adultes handicapés, promise par le président de la République. Le montant mensuel de l'AAH est ainsi porté de 819 à 860 euros, soit une hausse de 5%. Une seconde revalorisation de même ampleur interviendra le 1er novembre 2019, portant ainsi ce montant mensuel à 900 euros. Le décret du 31 octobre prévoit également que lorsque le demandeur de l'AAH est marié ou lié par un Pacs - et non séparé - ou qu'il vit en concubinage, le plafond de ressources est majoré de 89% (et non plus doublé comme jusqu'à présent).
Si cette revalorisation concrétise un engagement du chef de l'Etat, elle suscite néanmoins des réserves du côté des associations. La principale concerne l'abaissement du plafond de ressources pour les couples, situation qui concerne environ 250.000 personnes sur les 1,129 million d'allocataires de l'AAH. Selon la responsable du dossier "Ressources" à l'Association des paralysés de France (APF), interrogée par l'AFP, 80.000 allocataires ne devraient ainsi bénéficier d'aucune augmentation de leur AAH et 150.000 seulement d'une hausse partielle.
L'APF conteste également la fusion du complément de ressources avec la majoration pour la vie autonome (MVA), qui pourrait se révéler défavorable pour  7 à 10.000 personnes actuellement titulaires du complément de ressources et qui n'auraient pas droit à la MVA (voir notre article ci-dessous du 5 octobre 2018).
Enfin, l'association rappelle qu'en 2020, l'AAH sera soumise au plafonnement de la revalorisation des minima sociaux, prévue pour 2019 et 2020. En 2020 l'AAH n'augmentera que de 0,3%, soit un taux qui risque fort d'être inférieur à l'inflation.

Références : décret n°2018-948 du 31 octobre 2018 relatif à la revalorisation de l'allocation aux adultes handicapés et à la modification du plafond de ressources pour les bénéficiaires en couple (Journal officiel du 3 novembre 2018).

Pour aller plus loin

Lire aussi