Emploi / Quartiers - En sept mois, 2.200 emplois francs ont été signés

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© Assemblée Nationale |

Plus de 2.200 emplois francs ont été signés à ce jour. C'est ce qu'a indiqué Muriel Pénicaud, ministre du Travail, lors de la présentation des crédits 2019 de la mission "travail, emploi et formation professionnelle" à la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale le 30 octobre 2018. Sept mois après leur lancement en avril, on est encore bien loin des 12.000 à 15.000 contrats envisagés par le gouvernement cette année, avant une généralisation  prévue en 2020. 
Ces emplois ont été lancés pour faire baisser le taux de chômage des territoires en zone prioritaire, qui atteint plus de 20%. Expérimentés pendant un an dans 194 quartiers prioritaires de la politique de la ville, ils diffèrent à plus d'un titre de l'expérience déjà tentée sous François Hollande. Ces emplois francs de deuxième génération permettent aux entreprises, quelle que soit leur taille, origine et localisation de leur siège social, de bénéficier d'une aide financière si elles recrutent en contrat à durée indéterminée ou déterminée (plus de six mois) un habitant de ces quartiers inscrit en catégorie A, B ou C à Pôle emploi. Et ce sans limite d'âge. L'aide s'élève à 5.000 euros pour un CDI, durant trois ans, et à 2.500 euros pour un CDD, durant deux ans. "Après un démarrage progressif lié à l'appropriation du dispositif, j'ai constaté ces dernières semaines une intensification des signatures", a constaté la ministre.
Plus globalement, Muriel Pénicaud a présenté un budget 2019 en baisse de près de deux milliards d'euros à 13,1 milliards contre 15,2 milliards en 2018 (à périmètre comparable). Cette baisse est due selon elle à la fin de la prime à l'embauche pour les TPE et PME, décidée lors du précédent quinquennat, et à la réduction du nombre de contrats aidés, transformés depuis janvier 2018 en parcours emploi compétences (PEC). "Nous avons constaté qu'à partir du moment où on fait du qualitatif vraiment pour les plus vulnérables, il y a moins de demande", a-t-elle justifié. Environ 130.000 sont budgétés pour 2019, dont 30.000 pour l'Education nationale, contre 200.000 en 2018. En 2017, 320.000 contrats aidés avaient été signés.

Lire aussi