En bref - Les départements obtiennent le rétablissement des crédits du GIP Enfance en danger

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Il y a quelques jours, l'annonce, par les représentants de l'Etat au conseil d'administration, d'une baisse des crédits du Groupement d'intérêt public Enfance en danger (Giped) a suscité une vive émotion (voir notre article ci-dessous du 26 septembre 2018), entraînant une mobilisation de la Convention nationale des associations de protection de l'enfant (Cnape). Le Giped joue en effet un rôle clé dans la protection de l'enfance, à travers l'action des deux organismes qu'il coiffe : l'Observatoire national de la protection de l'enfance (ONPE) et le Service national d'accueil téléphonique de l'enfance en danger (Snated), plus connu sous son nom d'"Allô enfance en danger" ou sous celui de son numéro d'appel, le 119.
Lors du conseil d'administration, les représentants de départements - qui assurent le financement du Giped à parité avec l'Etat - avaient voté contre cette baisse programmée des crédits. Les départements ont finalement obtenu gain de cause. Dans un communiqué du 28 septembre, Michèle Berthy, présidente du Giped et vice-présidente du conseil départemental du Val-d'Oise indique avoir reçu un courrier d'Agnès Buzyn, annonçant le rétablissement de la dotation de l'Etat à hauteur de celle attribuée en 2017.
La baisse des crédits du Giped est en effet intervenue sur le budget de 2018, à hauteur de 400.000 euros sur une enveloppe de l'ordre de 4,4 millions d'euros (les départements ayant été obligés de suivre, au nom de la parité des financements, la baisse de 200.000 euros décidée par l'Etat). Mais cette année-là, le Giped avait pu compenser cette baisse en puisant dans son fonds de roulement, ce qui n'aurait plus été possible en 2019, obligeant ainsi à une réduction des moyens.
Dans son communiqué, Michèle Berthy se félicite donc d'une décision qui "permet ainsi au numéro d'urgence 119-Allô enfance en danger et à l'ONPE de poursuivre leurs missions en toute sérénité et efficience au service des enfants en danger, des familles en difficulté et des professionnels de la protection de l'enfance". La présidente du Giped relève aussi que la ministre des Solidarités et de la Santé réaffirme, dans son courrier, son engagement envers la structure, qui joue "un rôle essentiel en matière de prévention, de repérage du danger ainsi que de l'amélioration de la connaissance et de la visibilité de la protection de l'enfance".


Pour aller plus loin

Lire aussi