Logements neufs : ascenseurs obligatoires dans les immeubles d'au moins trois étages

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Edouard Philippe, accompagné de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, le 26 septembre 2018 lors de son déplacement à Cergy
© Hamilton / REA | Edouard Philippe, accompagné de Sophie Cluzel, secrétaire d'Etat aux personnes handicapées, le 26 septembre 2018 lors de son déplacement à Cergy

"Nous allons, par voie réglementaire, dans les mois qui viennent, rendre obligatoire la construction d'ascenseurs dans les immeubles de trois étages (en plus du rez-de-chaussée, ndlr) et plus", contre quatre actuellement, a déclaré le 26 septembre Edouard Philippe lors d'un déplacement à Cergy (Val d'Oise), à la résidence intergénérationnelle Les Closbilles, avec Sophie Cluzel, sa secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées, et Julien Denormandie, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires.
"Nous étions en retard, je veux rattraper ce retard et nous voulons faire en sorte que les logements neufs qui sont construits puissent être toujours pensés et conçus avec ce souci de l'inclusion et ce souci de l'adaptation permanente", a ajouté le Premier ministre.
La confirmation de cette mesure, envisagée par le gouvernement depuis juin, intervient dans le contexte particulier d'adoption imminente du projet de loi Elan. Dans le texte initial, le gouvernement proposait un abaissement de 100% à 10% de la part des logements dits "accessibles" dans les programmes neufs (le solde étant des logements "évolutifs", c'est-à-dire pouvant "être rendus accessibles à l'issue de simples travaux"). Sur la pression notamment des associations, la commission mixte réunie le 19 septembre a finalement remonté ce taux à 20%.
L'ascenseur obligatoire dans les constructions neuves de trois étages et plus est "une nouvelle attendue depuis longtemps par les associations mais cela ne compense en rien la baisse du nombre de logements accessibles due à l'article 18 de la loi Elan", a réagi sur Twitter l'APF France handicap.
Edouard Philippe a par ailleurs confirmé à Cergy le doublement des moyens de l'Anah consacrés au financement des travaux d'accessibilité des logements existants, qui passeront de 50 à 100 millions d'euros.

Lire aussi