Europe / Jeunesse - La stratégie européenne 2019-2027 pour la jeunesse sera adoptée en novembre

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Le 3 septembre, à droite sur la photo, Tibor Navracsics, commissaire européen pour l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport
© @TNavracsicsEU | Le 3 septembre, à droite sur la photo, Tibor Navracsics, commissaire européen pour l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport

Une rencontre informelle des ministres de la Jeunesse de l'Union européenne s'est tenue à Vienne le 3 septembre. Au programme des échanges : le renouvellement du programme Erasmus + et du corps européen de solidarité après 2020 et la finalisation de la nouvelle stratégie européenne en faveur de la jeunesse.

30 milliards d'euros pour Erasmus et 1,26 milliard pour le corps européen de solidarité

"La Commission européenne a proposé de renforcer considérablement les programmes de l'UE qui visent à soutenir les jeunes, Erasmus et le corps européen de solidarité, après 2020", a rappelé Tibor Navracsics, commissaire européen pour l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport. Dans le cadrage budgétaire actuel pour 2021-2027, le programme Erasmus est doublé pour atteindre 30 milliards d'euros. Parmi les objectifs affichés : atteindre 12 millions de bénéficiaires - dont davantage de personnes issues de milieux défavorisées via "un accès plus facile pour les organisations locales ou de petite taille" - et construire un espace européen de formation.
Quant au corps européen de solidarité, il s'agit d'un "développement du service volontaire européen" lancé fin 2016, qui "vise à offrir aux jeunes en Europe la possibilité de s'impliquer dans des organisations au service de la société". Entre 2021 et 2027, "350.000 jeunes devraient y participer", a chiffré la Commission européenne dans une proposition de juin 2018 - avec un budget de 1,26 milliard d'euros.

Un dialogue structuré de dix-huit mois avec les jeunes Européens

Portant sur la période 2019-2027, la stratégie jeunesse devrait être adoptée en novembre prochain par le Conseil de l'UE, après avoir fait l'objet de 18 mois de dialogue structuré avec de jeunes délégués issus de tous les États membres et de consultations auxquelles auraient participé près de 50.000 jeunes Européens (les résultats de l'enquête conduite en France, diffusés par le Cnajep qui coordonne le processus intitulé Provox). Onze "objectifs pour la jeunesse" sont ressortis de ce dialogue, dont "Connecter l'UE avec la jeunesse", "Assurer l'inclusion de tous les jeunes dans la société", "Soutenir les jeunesses rurales" ou encore "Une Europe verte et durable".
Réunis à Vienne du 2 au 4 septembre lors d'une troisième et dernière conférence de la jeunesse, les participants ont échangé avec les ministres de la Jeunesse et tenté de peser sur la stratégie telle qu'elle se dessine.

"Jeter des ponts entre les secteurs de la jeunesse et de l’emploi" pour mieux accompagner les jeunes les plus fragiles

Les principales orientations de cette stratégie ont été transmises en mai 2018 par la Commission au Conseil – qui adoptera la résolution finale en novembre -, dans une communication intitulée "Mobiliser, connecter et autonomiser les jeunes".
Principal point à retenir : la Commission souhaite développer une approche plus globale de sa politique jeunesse, via un "coordonnateur européen des activités relatives à la jeunesse" à la fiche de poste bien remplie (1) ou encore un "suivi des fonds européens alloués à la jeunesse". Y compris les fonds dédiés à l'initiative pour l'emploi des jeunes, qui devraient être intégrés à l'avenir à un nouveau FSE + (voir notre article du 6 juin 2018). L'évaluation de la stratégie jeunesse menée sur la période précédente aurait en effet mis en avant la "nécessité de jeter des ponts entre les secteurs de la jeunesse et de l’emploi et de s’adresser de manière plus efficace aux Neet [Not in Education, Employment or Training, ndlr] confrontés à de multiples obstacles". Les États et "tous les niveaux de décision" sont invités à rechercher cette "coopération intersectorielle" et la participation des jeunes, "en exploitant pleinement le potentiel des fonds européens".
Dans le même esprit, la Commission appelle à reconnaître et soutenir – dans le cadre d'Erasmus + notamment - le travail socio-éducatif, qui permet un apprentissage non formel et établit un "pont vers l’éducation, la formation ou le travail, empêchant ainsi l’exclusion".


(1) "Point de contact et de référence visible pour les jeunes au sein de la Commission européenne", le coordonnateur "aurait pour mission de fournir des conseils sur la politique de la jeunesse au commissaire responsable, de contribuer à assurer la coordination et la cohérence et de sensibiliser aux actions de l’UE dans le domaine de la coopération étroite avec les institutions et agences européennes ainsi qu’avec les États membres, de partager les résultats du dialogue structuré et de fournir un retour d’information aux jeunes, notamment par l’intermédiaire du portail européen de la jeunesse et de la plateforme de la stratégie de l’UE en faveur de la jeunesse".


Pour aller plus loin

Lire aussi