Coquille Saint-Jacques : en plein Brexit, la Commission européenne prise à témoin

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© Hamilton / Rea |

Plusieurs élus sont montés au créneau vendredi pour demander à la Commission européenne de mettre fin au conflit qui oppose pêcheurs français et britanniques au sujet de la coquille Saint-Jacques. "Il importe désormais que ce dossier majeur donne lieu à une solution pérenne", a ainsi affirmé le président de la région Normandie, Hervé Morin, dans un courrier adressé vendredi à la Commission européenne. "La pêche à la coquille Saint-Jacques nécessite une solution européenne", a aussi appuyé Alain Cadec, le président de la commission de la pêche au Parlement européen, dans un communiqué.
Mercredi, la Commission avait appelé à trouver une "solution amiable" après les violents heurts de la veille entre deux flottilles, survenus au large de la baie de Seine. La pomme de discorde vient de l’interdiction de pêcher la Saint-Jacques à laquelle sont soumis les pêcheurs français en dehors d'une période allant du 1er octobre au 15 mai, de manière à préserver les stocks, ce qui n’est pas le cas de leurs homologues britanniques. En effet, depuis plusieurs années, la pêche à la coquille Saint-Jacques fait l’objet d’un accord entre la France et la Grande-Bretagne qui prévoit que les navires britanniques de plus de 15 mètres respectent la période de pause imposée aux pêcheurs français. Or cet accord n’a pas été reconduit suite à un différend entre les deux parties. "L’inclusion des navires de moins de 15 mètres dans cet accord, voulue par les professionnels français, n’a cependant pas fait consensus et l’accord n’a donc pas pu être signé pour 2018", rappelle le ministre de l’Agriculture français, dans un communiqué du 30 août.

Plan de gestion concerté

Afin de sortir de l’impasse et déboucher sur un nouvel accord au plus vite, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, en charge de la pêche Stéphane Travert et son homologue britannique George Eustice ont convenu jeudi de se voir "la semaine prochaine". Mais Alain Cadec invite à regarder plus loin. Car ce conflit témoigne selon lui "du besoin urgent d’harmonisation de certaines mesures techniques au niveau européen". "La coquille Saint-Jacques est une ressource précieuse pour nos deux pays et nécessite une gestion commune et durable", souligne-t-il. Ce qui au moment où patinent les négociations sur le Brexit revêt un accent particulier. "J’entends certains réclamer un 'Hard Brexit'. Ce n’est absolument pas la solution, on voit bien que les pêcheurs peuvent traverser les frontières maritimes. Je rappelle qu’une période de transition de deux ans s’établira après l’accord sur le Brexit", fait valoir l’eurodéputé qui est aussi rapporteur sur la proposition de règlement européen portant le plan de gestion pluriannuel pour l’Atlantique et la Manche. Ce dernier, favorable à des "mesures de gestion équitables pour tous les pêcheurs", dit comprendre "la colère" des pêcheurs français "qui pratiquent une pêche durable de la coquille et qui sont à présent victimes de dumping réglementaire". De son côté, Hervé Morin propose la mise en place d'un "plan de gestion concerté" de la coquille Saint-Jacques au sud de la ligne Barfleur-Antifer, comme le réclame les pêcheurs français.