Inclusion numérique - Accompagner les non-internautes : France Stratégie mesure les gains attendus

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© @Stratégie_Gouv |

Dans la perspective de la mise en oeuvre d'une "stratégie nationale pour un numérique inclusif", le secrétaire d'État chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, a souhaité disposer d'une étude, confiée à France Stratégie sur les bénéfices économiques d'un accompagnement des non-internautes. Ces projections, présentées le 12 juillet, évaluent les gains à 1,2 milliard d'euros par an sur 10 ans.

Selon l’enquête Capacity (2017) utilisée dans cette étude, le nombre de personnes éloignées du numérique est évalué à 14 millions de personnes en France. Un chiffre qui intègre les non-internautes, qui ne se connectent jamais à internet, et les internautes "distants" dont les compétences numériques sont faibles au point de ne pas pouvoir réaliser certaines opérations simples. Ces profils cumulent souvent un manque de formation, des difficultés d’accès aux réseaux télécoms et à un matériel informatique performant. Il s'agit pour la plupart de personnes âgées (62% des non-internautes) et en grande majorité de personnes peu diplômées (84% des non-internautes) ou disposant de faibles revenus.
France Stratégie a souhaité identifier et quantifier les bénéfices d’une amélioration de la maîtrise des outils numériques par ces 14 millions de personnes. La méthodologie retenue se concentre sur "les effets d’un accompagnement aux usages les plus simples d’internet", en faisant abstraction du développement de formations poussées (développement…) et des mutations en cours dans le domaine de l’intelligence artificielle ou de l’internet des objets. Les résultats partent également du postulat du déploiement d’une stratégie d’inclusion numérique se concentrant sur l’accompagnement d’un tiers seulement de la population cible sur dix ans.

450 millions d’euros d’économies pour les administrations

L’étude s’est intéressée aux bénéfices dans 4 grands domaines : l’économie (e-commerce et économie collaborative), l’emploi et la formation, l’inclusion sociale et les services publics. En matière de e-commerce, en partant du principe de tarifs plus intéressants de 3% en ligne, le gain serait de 180 millions d’euros ou 42 euros par personne. L’économie collaborative (troc, échange, location...), pratiquée par 54% des Français et moitié moins pour les "distants du numérique", la formation de ces derniers pourrait générer 1,2 milliard d’euros de gains de pouvoir d’achat. Dans le domaine de la formation, le gain est estimé à 35 millions d’euros par an, la maîtrise du numérique facilitant l’accès aux ressources pédagogiques et la constitution d’un réseau relationnel. Internet permettrait également de réduire de 25% la durée de recherche d’un emploi, de faciliter l’accès au marché du travail, générant du même coup des revenus pour les chômeurs, évalués à 540 millions d’euros, et des économies pour l’assurance chômage. En matière de services publics, les experts estiment que l’administration pourrait économiser 450 millions d’euros annuels en papiers, stockage et personnels. Les citoyens, eux, y gagneraient en temps l’équivalent de 150 millions d’euros annuels. Dans le domaine de la santé, enfin, les gains sont estimés à hauteur de 35 millions annuels pour les citoyens et 70 millions d’euros annuels pour les services publics. Au total, les experts estiment "qu’un plan visant l’autonomie numérique d’un tiers des 14 millions de personnes éloignées du numérique en France générerait un gain annuel moyen de 1,6 milliard d’euros".
Si le chiffrage des bénéfices est présenté comme "prudent", il ne tient pas compte des effets indirects (effets rebonds, effets de bord, effets boule de neige, etc.), positifs ou négatifs, que pourrait avoir la formation des non-internautes. Leur concrétisation dépend ensuite largement des moyens qui seront affectés au plan gouvernemental et à la mobilisation de l’ensemble des territoires sur ce sujet.

Lire aussi