Handicap - Le nombre de demandes de PCH a continué de croître de 6% en 2017

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© Claire Mallet |

La Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) publie un focus sur les chiffres de la prestation de compensation du handicap (PCH) en 2017. Financée par les départements avec le soutien de la CNSA, cette prestation n'a cessé de progresser depuis sa création par la loi Handicap du 11 février 2005. L'an dernier, elle a ainsi franchi une barre symbolique, en atteignant un total de 309.500 demandes, soit une progression de 6% par rapport à 2016.

Un taux d'accord de l'ordre de 47% des demandes

Ce chiffre représente aujourd'hui, en moyenne nationale, 914 demandes pour 100.000 habitants. Si la PCH entraîne une mobilisation significative pour les équipes pluridisciplinaires des maisons départementales des personnes handicapées - et une dépense importante pour les départements -, elle ne représente en revanche que 7% des demandes adressées aux MDPH, qui traitent aussi de nombreuses autres prestations : AAH, AEEH, cartes mobilité inclusion, RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé), orientations en établissements ou services, orientation et formation professionnelle...
En 2017, le nombre de décisions concernant les demandes de PCH a augmenté de 9%. Au final, les MDPH ont accordé environ 138.000 PCH, soit un taux d'accord de 47%. Le focus de la CNSA apporte aussi des précisions sur le contenu de la PCH, prestation protéiforme conçue pour s'adapter au mieux à la situation et aux besoins des personnes handicapées. Ainsi, tous publics confondus, l'aide humaine représente la moitié (49,3%) des éléments accordés dans le cadre de la PCH. Viennent ensuite les charges spécifiques ou exceptionnelles (20,6%), les aides techniques (17,4%) et les aménagements du logement ou du véhicule, ainsi que la compensation des surcoûts liés aux frais de transport (14,4%). La CNSA précise que "les éléments 'aide humaine' et 'charges spécifiques ou exceptionnelles' sont plus fréquemment attribués aux personnes de moins de 20 ans".

Une moyenne de 758 euros par mois pour financer l'aide humaine

En termes financiers, les montants moyens attribués en 2017 par les MDPH varient selon les composantes de la prestation. En moyenne, la participation allouée est de 758 euros par mois pour financer de l'aide humaine, de 835 euros pour financer des aides techniques, de 2.861 euros pour financer un aménagement du logement et de 2.541 euros pour financer un aménagement du véhicule. En outre, la CNSA précise qu'en 2017, 87% des personnes bénéficiaires de l'intervention du fond de compensation du handicap sont des allocataires de la PCH.
Cette dynamique continue de la PCH n'est évidemment pas sans effet sur les dépenses des départements. Le soutien aux personnes handicapées reste en effet leur dépense la plus dynamique, dans un contexte marqué pourtant par une relative stabilisation de leurs budgets d'action sociale. Selon l'Odas (Observatoire national de l'action sociale), elle a progressé l'an dernier de 2,7%, pour atteindre 7,52 milliards d'euros, ou 6,78 milliards d'euros et +2,7% si on tient compte du concours financier de la CNSA (voir notre article ci-dessous du 23 mai 2018).
Les créations de places étant pratiquement terminées dans le secteur du handicap, cette progression d'ensemble - qui vaut aussi sur une période plus longue (voir notre article ci-dessous du 15 mars 2017) - s'explique essentiellement par celle de la PCH. Or, comme l'explique Claudine Padieu, la directrice scientifique de l'Odas, "on ne comprend pas la poursuite de la progression du nombre de PCH, dix ans après la création de la prestation...".


Pour aller plus loin

Lire aussi