Social - Le plan Pauvreté sera présenté en juillet, mais Agnès Buzyn annonce une expérimentation sur dix territoires

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Séminaire du 21 juin
© @agnesbuzyn | Séminaire du 21 juin

Emmanuel Macron devrait présenter le 9 juillet devant le congrès réuni à Versailles, la "stratégie pauvreté". Après la polémique sur les "aides sociales" et les critiques répétées contre le RSA (voir nos articles ci-dessous des 13 et 21 juin 2018), le terme de "stratégie pauvreté" - plus large - s'impose progressivement sur l'intitulé d'origine, qui portait sur une "stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes".

"Harmoniser les pratiques sur les territoires"

En attendant, Agnès Buzyn et Olivier Noblecourt - le délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes - réunissaient au ministère, le 21 juin, 200 acteurs ayant participé à la concertation, à commencer par les membres des groupes de travail qui ont rendu leurs conclusions en mars dernier (voir notre article ci-dessous du 16 mars 2018).
L'objectif affiché de ce séminaire était d'"engager une réflexion sur la préparation de la mise en œuvre de la Stratégie, au plan national et sur l’ensemble des territoires". A cette occasion, la ministre des Solidarités et de la Santé a annoncé qu'"à l'automne, nous lancerons des expérimentations dans dix territoires pour que la stratégie pauvreté puisse être mise en œuvre de manière accélérée et renforcée".
Selon Agnès Buzyn, ces expérimentations permettront "de développer la culture de la preuve, avec des indicateurs et des évaluations" et d'"harmoniser les pratiques sur les territoires", notamment en matière d'aide sociale à l'enfance ou d'insertion.

La question centrale de l'accompagnement des bénéficiaires

Comme le chef de l'Etat dans son discours de Montpellier (voir notre article ci-dessous du 13 juin 2018) ou le Premier ministre dans sa lettre de mission sur le RSA adressée à Claire Pitollat, députée (LaREM) des Bouches-du-Rhône, et à Mathieu Klein, président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle (voir notre article ci-dessous du 21 juin 2018), Agnès Buzyn est revenue sur la question de l'accompagnement des bénéficiaires. Pour la ministre en effet, "l'accompagnement constitue le complément indispensable à notre système d'aides sociales, c'est la clé de la transformation de notre modèle social". [...] Avec les départements, nous allons travailler à orienter le plus rapidement possible et de manière personnalisée les personnes, afin de proposer l'accompagnement le plus adapté à leurs besoins".
De son côté, Olivier Noblecourt a expliqué qu'une dizaine de territoires devraient être retenus pour expérimenter les nouveaux dispositifs. S'il n'a pas dévoilé la liste précise, le délégué interministériel a néanmoins indiqué que pourraient figurer dans cette liste la Seine-Saint-Denis, le Bas-Rhin, la ville de Nantes, ainsi que des territoires du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais et de l'outre-mer.


Pour aller plus loin

Lire aussi