Tourisme - La DGE met en ligne un remarquable "Atlas du tourisme en France"

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© DGE |

On connaissait le "Mémento du tourisme", qui livre chaque année son lot de statistiques sur l'activité touristique. Cette année, la direction générale des entreprises (DGE) met également à disposition, sur son site internet, un "Atlas du tourisme en France". Réalisé par la sous-direction de la prospective, des études et de l'évaluation économiques, cet ouvrage d'une centaine de pages donne, de façon saisissante, une vision spatiale et territoriale du tourisme, que les statistiques brutes ne peuvent suffire à incarner.

Une vision inédite de l'économie touristique... et des surprises

Les quatre parties de l'ouvrage traitent successivement de l'offre d'hébergement, du tourisme des résidents français, du tourisme international en France, ainsi que de l'emploi, de l'investissement et des dépenses touristiques. L'Atlas n'apporte pas de données nouvelles, mais se veut "complémentaire" du Mémento du tourisme, en proposant une nouvelle vision de l'économie touristique françaises. Les cartes réservent même quelques surprises, qui n'apparaîtraient pas forcément dans des tableaux de chiffres, ceux-ci pouvant difficilement descendre en dessous du niveau départemental, voire régional. Par exemple, la carte de l'offre d'hébergement en hôtellerie de plein air, détaillée par bassins de vie, montre que les zones les plus équipées en places de camping ne sont pas - seulement - celles que l'on croit.

Un outil indispensable

L'un des apports les plus originaux de l'Atlas réside dans la cartographie des flux touristiques intra et interrégionaux. Pour chaque région métropolitaine, l'Atlas propose ainsi trois cartes, retraçant respectivement les arrivées touristiques en provenance des autres régions, les départs des habitants vers les autres régions et le solde - positif ou négatif - de ces échanges (le résultat de ce solde étant toutefois pour partie biaisé par les déséquilibres démographiques, l'Ile-de-France "exportant" ainsi systématiquement davantage de touristes vers chacune des autres régions qu'elle n'en "importe", alors que c'est l'inverse pour la Corse).
De la même façon, l'Atlas montre de façon très claire que les recettes issues des résidents métropolitains en Ile-de-France sont équivalentes à celles de la Corse et très loin derrière celles de régions comme la Nouvelle-Aquitaine, l'Occitanie ou Auvergne-Rhône-Alpes. Mais l'Ile-de-France se rattrape largement avec les recettes issues des non-résidents, autrement dit des touristes internationaux.


Pour aller plus loin

Lire aussi