Trip 2018 - La fibre aux entreprises amenée à se réinventer

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdes territoires.fr/donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© @michel_sauvade |

Historiquement, les réseaux d'initiative publique sont nés du besoin des administrations et des entreprises de limiter leurs dépenses télécommunication. Mais au-delà de l'accès, les réseaux d’initiative publique doivent proposer des services sur un secteur particulièrement concurrentiel. L'Avicca consacrait l'une des tables rondes du "Trip", son colloque de printemps des 29 et 30 mai, aux enjeux du marché professionnel.

Le raccordement des entreprises et des zones d'activités figure toujours en tête des objectifs des RIP, l'absence de connexion de qualité étant devenue un facteur d'exode des entreprises. Avec des résultats tangibles puisque selon l'Avicca, les RIP capitalisent 53% des offres de gros (source Arcep), devant Orange (40%). Un résultat qu'il convient cependant de relativiser car pour le marché de détail, le marché des entreprises est préempté à 95% par les quatre grands opérateurs, les opérateurs alternatifs ne détenant que 5% de part de marché. Il est vrai que ces opérateurs intégrés proposent des offres "tout en un" : mobile, voix sur IP, mails, datacenter, cloud… avec lesquels les petits opérateurs des RIP ont du mal à rivaliser. Ce constat a conduit de nouveaux acteurs à se positionner entre les opérateurs d'infrastructures et les opérateurs de services. KOSC Telecom se présente ainsi comme un "opérateur de connectivité" qui propose une offre "sans couture", du raccordement à la sélection de tous les services numériques attendus par les TPE/PME.

Une offre à 100 euros pour 100 Mbit/s à Nancy

Mais la critique la plus courante concerne les tarifs pratiqués par les opérateurs spécialisés. L'offre entreprise des opérateurs alternatifs dépasse en effet souvent 300 euros par mois. Un tarif justifié par la qualité de services proposés, les entreprises bénéficiant d'une fibre dédiée, de débits garantis et d'un temps de rétablissement du service en moins de 4h. "Ces offres sont jugées excessivement chères par les TPE PME", explique Jean-Pierre Dessein, vice-président du Grand Nancy. C'est la raison pour laquelle la collectivité a exigé à l'occasion du renouvellement de sa délégation de service public une offre à 100 euros = 100 Mbit/s. "Les opérateurs alternatifs ont été très réticents à la mise en œuvre de cette offre accusée de rogner leurs marges. Et nous avons constaté qu'elle n'était pas systématiquement proposée lorsqu'ils démarchent les entreprises", déplore l'élu nancéen, qui s'exprimait dans le cadre de la table ronde du Trip de l'Avicca consacrée aux "réponses des RIP 1G/2G aux attentes du marché professionnel". Dans le Calvados, la collectivité a négocié avec son délégataire Covage une offre à 75 euros pour 100 Mbit/s par mois, avec un débit garanti de 2 Mbit/s.

Réactivité et anticipation des besoins

Le prix de ces offres apparaît cependant un peu élevé par rapport aux 20-40 euros/mois pratiqués pour le grand public Une autre piste est de donner aux TPE accès à des offres FTTH activées. C'est ce que préconise l'association Alternative Telecom, réunion de 14 opérateurs présents sur les RIP, qui déplore que certains réseaux publics – et en particulier ceux gérés par de grands opérateurs – ne proposent pas cette possibilité ou des coûts acceptables. Diversifier l'offre pour accompagner la transformation numérique des entreprises et agir sur le prix du service ne sera cependant pas suffisant pour faire face à la concurrence très forte sur ce marché pro. "Quand on est en contact avec un prospect, les délais de raccordement sont essentiels tant le numérique est devenu vital pour les entreprises. Il faut aussi que nous puissions connaître en amont les programmes de raccordement des zones d'activité pour anticiper la commercialisation", plaide Bernard Lemoine, vice-président d'Alternative Telecom. Un saut qualitatif qui ne peut qu'être bénéficiaire à la rentabilité des RIP.

Lire aussi