Environnement - Plan Biodiversité : Nicolas Hulot veut mobiliser à tout bout de champ

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdes territoires.fr/donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Nicolas Hulot lors de son discours sur la biodiversité, Marseille le 18 mai 2018
© @N_Hulot | Nicolas Hulot lors de son discours sur la biodiversité, Marseille le 18 mai 2018

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a présenté le 18 mai son plan d'attaque pour mobiliser le maximum d'acteurs et d'élus et ériger au rang de priorité la préservation de la biodiversité.

Marseille. La ville n'avait pas été choisie par hasard. C'est là que Nicolas Hulot a lancé ce 18 mai, entre deux visites des Calanques et d'une aire marine éducative (voir notre article du 30 janvier évoquant le déploiement de ce dispositif apprécié des élus locaux), sa stratégie nationale de mobilisation pour la biodiversité. Cette ville accueillera en juin 2020 le Congrès mondial de la nature. Un jalon important pour rallier la communauté internationale et appuyer les négociations qui interviendront quelques mois plus tard, en Chine, à la COP15 de la Convention sur la diversité biologique (CDB). La création d'un cadre européen et international ambitieux pour la protection de la biodiversité figure justement parmi les cinq axes de ce plan Biodiversité... qui n'est en fait pas encore échafaudé.
A ce stade en effet, ce qui va être lancé dans les prochaines semaines, c'est surtout une dynamique de travail interministériel en vue d'un plan officiellement dévoilé début juillet et à l'issue duquel les ministères concernés se verront fixer des feuilles de route. Pour l'heure c'est aussi une consultation publique qui s'ouvre jusqu'au 7 juin et se construit autour de plusieurs thèmes, dont celui de la qualité de vie et du lien entre la nature et les territoires.
"Nous lançons surtout un calendrier diplomatique international qui va jalonner les trois prochaines années", a déclaré le ministre. Face aux pressions exercées sur la biodiversité dans les territoires, d'origine anthropiques et non sans effet de cumul des impacts, des actions d'évitement existent et des actions de restauration des milieux (génie écologique) ont fait leurs preuves, souligne son ministère qui appelle à une plus nette mobilisation à laquelle "chacun, élus, associations, entreprises et citoyens doit aujourd'hui contribuer". Le plan prévoira de fixer un objectif "zéro artificialisation nette des sols" et de créer "de nouvelles aires et réserves naturelles, ou en les agrandissant "le plus possible", a ajouté le ministre, qui ambitionne de "redonner sa place à la nature dans notre pays".

Lire aussi