Plan de rénovation énergétique - Satisfaction d'ensemble, mais inquiétude sur les moyens

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Laurent Cerino / Rea |

Présenté par Nicolas Hulot le 26 avril (voir notre article ci-dessous du même jour) - en l'absence de Jacques Mézard, retenu par la présentation du rapport de Jean-Louis Borloo sur la politique de la ville -, le plan de rénovation énergétique des bâtiments est plutôt bien accueilli par les professionnels. Des doutes subsistent toutefois sur les moyens affectés à sa mise en œuvre et sur la capacité à tenir l'objectif des 500.000 rénovations énergétiques par an.

Un renoncement à "l'écologie punitive" ?

Première concernée, la FFB (Fédération française du bâtiment) "se réjouit de la nouvelle étape du plan pour la rénovation énergétique des bâtiments". Au-delà de la confirmation des objectifs déjà connus - notamment 500.000 rénovations énergétiques par an dans le logement -, la Fédération se félicite que "que les pistes relevant de l'écologie punitive n'apparaissent plus parmi celles évoquées par les ministres, qu'il s'agisse des obligations de travaux ou des projets de bonus-malus mis à l'étude il y a quelques mois". En effet, pour la FFB, "de telles mesures conduiraient inévitablement à un blocage des marchés, notamment dans les territoires aujourd'hui en difficulté". Sur ce point, Nicolas Hulot a toutefois apporté un sérieux bémol dès le lendemain, à l'occasion d'une interview sur RTL, en indiquant que le projet d'un bonus-malus, loin d'être abandonné, est toujours à l'étude et fera l'objet d'une décision avant l'été (voir notre article ci-dessous du 27 avril 2018).
Même son de cloche du côté de la Capeb (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment), qui salue "l'annonce de ce plan qui s'est fait attendre". Parmi les points positifs relevés par la Capeb figurent notamment l'accent mis sur la formation des professionnels (30 millions d'euros pour la formation initiale et continue de 65.000 professionnels) et la simplification des aides, même si l'association regrette qu'il ne soit pas "fait mention de la mise en place d'un guichet unique pour l'information et l'obtention des différentes aides, que la Capeb continue de réclamer".
Soutien sans réserve également du côté de l'association Promotelec, qui "se félicite des grandes orientations de ce plan, qui montrent le chemin à suivre et devraient permettre d'accélérer la rénovation énergétique des bâtiments publics et des logements privés, responsables de 45% de la consommation totale d'énergie et de 25% des émissions de gaz à effet de serre" (GES). Pour l'association, il y a urgence car les derniers chiffres disponibles montrent que la France n'a pas réussi à tenir ses engagements en 2016, avec une hausse des émissions de GES.

Un sérieux doute sur les moyens

Les deux principales fédérations représentant l'industrie et l'artisanat du bâtiment, ne cachent cependant pas certains doutes, non pas sur les objectifs affichés, mais sur les moyens de les atteindre. La Capeb relève d'ailleurs que "les moyens consacrés en 2018 ont diminué globalement de près d'un milliard".
L'inquiétude porte surtout l'évolution des dispositifs d'aide. La FFB s'inquiète ainsi "du projet d'alignement de l'éco-prêt à taux zéro sur le champ de la future prime venant en remplacement du CITE" (crédit d'impôt pour la transition énergétique). Car, "l'évolution de l'enveloppe budgétaire de la future prime, qui pourrait être réduite de moitié et exclurait les fenêtres et les chaudières performantes au fioul, conjuguée à l'alignement de l'éco-prêt à taux zéro sur ce champ réduit conduiraient à revoir très fortement à la baisse les ambitions en matière de rénovation énergétique, particulièrement pour les copropriétés". La FFB reste également "dubitative" sur la possibilité d'une large diffusion des contrats de performance énergétique (CPE) ou des solutions de masse, "alors qu'une rénovation énergétique efficace relève le plus souvent de solutions ad hoc et que la propriété de ces bâtiments s'avère morcelée en France".
Pour sa part, la Capeb reste "prudente à ce stade" sur le remplacement du CITE par une prime. En effet, "l'immédiateté de cette forme d'aide pourrait avoir un effet plus incitatif, mais la mesure n'est ni chiffrée ni quantifiée".

Les propriétaires hostiles au malus, les associations déçues par le manque d'ambition

Les réactions réservées sur le plan de rénovation énergétique viennent à la fois des propriétaires et des associations de lutte contre l'exclusion. Ainsi, l'Unpi (Union nationale de la propriété immobilière) estime que le plan "laissait augurer de bonnes mesures pour les propriétaires : politique du guichet unique, simplification règlementaire, prime versée immédiatement après les travaux, ouverture des aides à l'ensemble du public...". Mais l'annonce ultérieure de Nicolas Hulot sur le maintien du projet de bonus-malus ne passe pas : l'Unpi "s'oppose très fortement à cette mesure et appelle le ministre à rester fidèle au plan incitatif qu'il a présenté́ hier à Angers : aides et simplifications plutôt que la coercition". Pour son président Jean Perrin, "les propriétaires n'ont pas tous la capacité financière permettant de payer des travaux obligatoires, d'autant que le retour sur investissement n'est pas immédiat et les aides financières prévues insuffisantes pour certains ménages".
La réaction du collectif Rénovons - qui regroupe notamment la fondation Abbé-Pierre, le Secours catholique, Soliha, le Cler (réseau pour la transition énergétique) et... la fondation Nicolas-Hulot - est la plus réservée. Le collectif estime en effet que le plan "reste insuffisamment ambitieux pour prétendre rénover les logements 'passoires énergétiques' à l'horizon 2025, comme le prévoit la loi pour la transition énergétique et la croissance verte, et faire reculer la précarité énergétique". Christophe Robert, délégué général de la fondation Abbé-Pierre, regrette notamment l'absence "d'engagement politique suffisamment fort pour enrayer durablement ce fléau" et ne trouve pas dans le plan "la mise en synergie des moyens indispensables à la rénovation énergétique des logements".


Pour aller plus loin

Lire aussi