Revue Urbanisme : "Construire l'Europe des lieux et des liens"

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© dr |

Les 8, 9 et 10 novembre 2017 se tenait à Strasbourg la 38e rencontre des agences d'urbanisme autour du thème "Construire l'Europe des lieux et des liens". Comment les agences d'urbanisme et leur Fédération nationale (Fnau) appréhendent-elles la dimension européenne de leur action ? Poser la question et tenter d'y répondre à partir de ces échanges revient à réfléchir sur la nouvelle politique de cohésion, en cours d'élaboration, sur les enjeux des projets transfrontaliers ou sur ce qui peut faire "bien commun européen" dans les politiques urbaines des métropoles européennes.
Ce nouveau numéro de la revue Urbanisme rend compte de ces trois jours de débats et s'ouvre par des entretiens avec Jean Rottner, président de la région Grand Est et de la Fnau, et Robert Herrmann, président de l'Eurométropole de Strasbourg.
De moins en moins enfermés dans des limites administratives, les territoires sont au contraire amenés à penser les coopérations et les solidarités à de plus larges échelles, souvent au-delà même des frontières nationales. Selon quelles modalités ? Quel peut être le rôle des métropoles et des régions dans la mise en place de ces nouvelles solidarités ? A quelles conditions les citoyens peuvent-ils eux-mêmes devenir des "créateurs d'Europe", notamment avec un "Erasmus pour tous" qui pourrait concerner aussi les élus ? Voilà quelques-unes des problématiques sur lesquelles ont travaillé élus, urbanistes, techniciens et experts venus de toute l'Europe. Cette rencontre s'est ouverte sur une leçon de philosophie. François Jullien devait répondre à la question : "Existe-t-il une identité culturelle européenne ?" Son approche critique a ouvert des réflexions stimulantes.
L'heure n'est donc pas au repli sur soi. De ce point de vue, l'Eurométropole de Strasbourg et ses territoires partenaires (Pôle métropolitain, région Grand Est, villes voisines de Kehl et de Karlsruhe) offrent des "ressources à activer", pour reprendre l'expression de François Jullien, non seulement de nature culturelle ou historique mais aussi en termes d'ouverture et de travail en commun sur les espaces urbains.