Biodiversité : la première agence régionale est lancée


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Agence régionale de la biodiversité |

La première agence régionale de la biodiversité (ARB), celle de l'Ile-de-France, a été officiellement lancée le 12 avril. Sa vocation est d'apporter un appui concret aux élus locaux. Bonnes pratiques, mise en réseau des acteurs, nouvelle fonction d'ingénierie territoriale, formation et pédagogie, ses missions sont variées et à la mesure de la grande diversité du territoire francilien.

La convention de création de la première agence régionale de la biodiversité, celle de l'Ile-de-France (ARB IdF), a été signée le 12 avril dans le siège de cette région, en présence de sa présidente Valérie Pécresse. "C'est la première ARB opérationnelle sur le territoire français : sa mission consiste à faciliter la coordination des actions entre les acteurs et à apporter un appui concret et technique aux élus locaux", a expliqué l'élue régionale. Rattachée et installée dans les locaux de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région Île-de-France (IAU IdF), cette nouvelle structure intègre notamment les équipes et les missions de Natureparif. Elle est aussi portée par l’Agence française pour la biodiversité (AFB) "avec qui elle va travailler en coopération permanente".
L'ARB IdF bénéficie également du soutien de l’État et de l’Agence de l’eau Seine-Normandie. Et son cercle est amené à s'élargir à l'heure où se constitue son comité des partenaires ouvert aux communes, départements, EPCI, associations et fédérations, gestionnaires des aires protégées (PNR), etc. Présentée comme une "plateforme de coopération renforçant les missions de services publics des organismes" avec qui elle va travailler, l’ARB IdF va aussi contribuer activement à la relance de la stratégie nationale pour la biodiversité (SNB 2011-2020), dont la montée en puissance n'est pas aussi rapide qu'escompté et qui doit être réactivée à mi-parcours (voir notre article dans l'édition du 30 janvier 2018). Pour Christophe Aubel, directeur général de l'AFB, il est dans la nature de ces agences régionales de jouer à fond "la carte des complémentarités".
Enfin, l'un de ses cœurs de mission est d'évaluer l’état de la biodiversité et de suivre son évolution. Un défi à fort enjeu sur ce territoire, le plus peuplé et le plus urbanisé de France, qui a perdu la moitié de ses milieux humides en cinquante ans et 21% de ses oiseaux en quinze ans. Les milieux naturels y sont très fragmentés, les sols imperméabilisés et les pressions sur la biodiversité constantes.

Lire aussi