Forte de résultats en hausse, la Caisse des Dépôts dessine la Banque des territoires


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Jean-Marc Pettina, Caisse des Dépôts |

Pour sa première présentation à la presse des résultats du groupe Caisse des Dépôts, Eric Lombard a pu se réjouir ce 12 avril de "résultats excellents" offrant "de vraies marges de manœuvre" au service de l'intérêt général et, notamment, de la "lutte contre les inégalités entre les territoires et entre les personnes". Ces bons résultats pour 2017 concernent l'ensemble des cinq "métiers" autour desquels le nouveau directeur général entend organiser le "projet stratégique" du groupe : Banque des territoires, financement des entreprises, gestions d'actifs, retraites et formation professionnelle, filiales et participations. "Mon projet stratégique est un projet de transformation accélérée d’une Caisse des Dépôts focalisée sur ses coeurs de métier, résolument orientée clients et fortement déconcentrée dans son fonctionnement", explique le nouveau directeur général.

Fonds d'épargne : un encours de prêts doublé en dix ans

Deux chiffres clefs pour deux bilans : côté fonds d'épargne, un résultat net courant s'élevant à 1,4 milliard d'euros ; s'agissant de la section générale et des filiales, un résultat net consolidé de 1,9 milliard d'euros.
Sur le versant "section générale et filiales", le résultat net marque une hausse de 7% sur 2017, hausse notamment portée par "une année exceptionnelle pour Bpifrance.
Pour le fonds d'épargne – qui gère les dépôts réglementés, à commencer par le livret A –,l'année 2017 a donné lieu à une reprise de la collecte, en hausse de 11,1 milliards d'euros. Et à une activité soutenue en termes de prêts : 17 milliards d'euros de prêts signés. Sur ce total, 15,1 milliards concernent le logement social et la politique de la ville, avec une croissance de 6%, portée par le dispositif de prêts de haut de bilan bonifiés. Eric Lombard a ainsi pu évoquer la construction de 109.000 logements sociaux et la rénovation de plus de 300.000 autres.
S'agissant des prêts aux collectivités locales, ils se sont élevés l'an dernier à 1,9 milliard d'euros, contre 2,9 milliards en 2016. Le différentiel s'expliquant par le fait qu'en 2016 avait été lancée l'enveloppe exceptionnelle de prêts "croissance verte" à taux zéro destinée à financer la réhabilitation des bâtiments publics, enveloppe arrivée à échéance. Les autres prêts au secteur public local ont pour leur part connu une légère croissance. Eric Lombard a en outre rappelé que si la Caisse des Dépôts était intervenue massivement durant les années de carence de l'offre privée, les collectivités n'avaient aujourd'hui pas de difficultés d'accès au crédit. Il a en outre fait valoir que la Caisse des Dépôts demeurait incontournable sur la partie "hors marché", à savoir les prêts de long terme et de très long terme. "Nous sommes les seuls sur les prêts de plus de 30 ans, et sommes très présents auprès des petites collectivités", a ajouté Olivier Mareuse, directeur des fonds d'épargne et des gestions d'actifs, précisant que plus 70% du nombre de prêts aux collectivités sont d'un montant inférieur à 1 million d'euros.
La croissance continue des encours de prêts observée au cours des dernières années s'est poursuivie en 2017. L'encours a ainsi doublé depuis dix ans, pour atteindre 185 milliards, dont 159 milliards pour le logement social et 26 milliards centrés sur les collectivités.

La Banque des territoires, futur guichet unique

En raisonnant par "métiers", les collectivités apparaissent naturellement en première ligne avec le projet de "Banque des territoires". "C'est un projet très transformant, qui vise à fédérer des directions ou départements existants, ainsi que deux opérateurs, dans une logique de guichet unique", résume Eric Lombard. Derrière la "marque" Banque des territoires, les acteurs locaux auront ainsi accès à la fois aux prêts sur fonds d'épargne, aux investissements en capital, aux services bancaires, aux crédits du PIA... Ainsi que, côté filiales, aux services de la Scet et aux interventions de CDC Habitat. L'objectif étant d'"apporter à chaque client une réponse adaptée" à toutes les étapes d'un projet. Avec une offre à trois étages : "conseiller, financer, opérer".
"J'ai pu constater combien, pour les collectivités, la dimension du conseil était importante", note le directeur général, qui poursuit actuellement une série de visites en région, sachant que cette mission de conseil et ingénierie visant à "accompagner les stratégies de développement" des territoires impliquera les équipes de l'établissement public comme celles de la Scet. En termes de financements, il s'agira bien de proposer "une offre complète,du prêt à l'investissement". Enfin, le volet "opérateurs" impliquera notamment CDC Habitat, qui gère actuellement plus de 300.000 logements sociaux, très sociaux ou intermédiaires et peut, "par son rôle spécifique, efficacement contribuer aux actions de la Banque des territoires", indique Olivier Mareuse.

Deux terrains emblématiques : le plan logement et Action cœur de ville

L'actualité fait immédiatement apparaître deux champs d'action privilégiés pour la Banque des territoires. Il y a, d'une part, le plan stratégique de soutien au logement social qu'Eric Lombard a dévoilé la semaine dernière (lire notre article du 5 avril), qui repose notamment sur "10 milliards d'euros de nouveaux financements" et sur la restructuration de 33 milliards d'euros de prêts, sans oublier tout ce que la Caisse des Dépôts prévoit pour accompagner la réorganisation du secteur. "C'est une action très emblématique de ce que sera la Banque des territoires", a résumé le directeur général, ajoutant : "A un moment où le secteur va se transformer profondément, notre rôle est de le soutenir financièrement, mais aussi techniquement, en termes de gestion et de conseil ; il s'agit de tout faire pour que le rythme de construction et de rénovation se maintienne."
L'autre grand programme du moment : le plan Action cœur de ville, dont bénéficieront 222 villes, tel que l'a annoncé le ministre Jacques Mézard le 27 mars (lire notre article du 27 mars). "La Caisse des Dépôts, avec la démarche 'Centre-ville de demain', préparait les choses depuis deux ans", rappelle Eric Lombard, soulignant que "tout commence par l'initiative des élus locaux". Ce plan se traduira pour la Caisse des Dépôts par 1 milliard d'euros d'investissements en fonds propres sur cinq ans (auquel s'adjoindront des financements de l'Anah et de l'Etat, pour un total de 5 milliards d'euros) et par une enveloppe de prêts de 700 millions d'euros sur cinq ans. Ici encore, le triptyque conseil / financement / réalisation porté par la Banque des territoires prendra évidemment tout son sens.
Piloté par Olivier Sichel, directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts, ce projet de Banque des territoires fera l'objet d'un lancement officiel le 30 mai. Une plateforme digitale viendra accompagner le déploiement de cette stratégie devant, selon les termes d'Eric Lombard, conforter le rôle de la Caisse des Dépôts, notamment dans son "soutien aux territoires les plus en difficulté de la République, qu'il s'agisse de territoires ruraux, de villes moyennes ou de banlieues".


Pour aller plus loin