BIM World 2018 : Julien Denormandie dévoile Kroqi, "l'app store" de la construction 2.0

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Salon BIM World, 29 mars, signature de la charte objectif BIM 2022 entre Patrick Ropert directeur général de SNCF Gares et Connexions et Julien Denormandie secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des Territoires
© @PatrickRopert | Salon BIM World, 29 mars, signature de la charte objectif BIM 2022 entre Patrick Ropert directeur général de SNCF Gares et Connexions et Julien Denormandie secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des Territoires

Rendez-vous annuel dédié au numérique dans la construction, le salon BIM World était l’occasion, les 28 et 29 mars, de faire le point sur les avancées du BIM du point de vue des collectivités. L’édition 2018 était marquée par la visite du secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, venu annoncer le lancement d’une plateforme gratuite ayant vocation à accélérer la digitalisation du secteur de la construction.

Le BIM (Building Information Modeling) désigne une méthode assortie de nombreux outils, devenue centrale pour mettre en cohérence les différentes échelles de la construction, optimiser la gestion des projets et faciliter l’aménagement des espaces publics. Ces outils étant souvent trop onéreux pour les plus petits acteurs de la construction, le gouvernement a mis en place une plateforme dédiée et gratuite. 

La plateforme Kroqi, à destination des acteurs de la construction 2.0, est ouverte

La mise en service de ce nouvel outil s’inscrit dans la perspective - annoncée par le gouvernement - de généraliser la conception en BIM d’ici 2022. C’est pourquoi Julien Denormandie a assisté au lancement de Kroqi, une plateforme collaborative gratuite, développée par les pouvoirs publics à destination des acteurs de la chaîne de la construction, depuis l’architecte jusqu’au technicien d’installation. Les artisans et TPE/PME, pour lesquels la digitalisation représente un effort souvent insurmontable, sont particulièrement visés par cette plateforme, présentée comme une garantie contre la fracture numérique. "Cet outil permet de faire du BIM pour de tout petits projets sans que ce soit quelque chose d’exceptionnel ; il faut que ça devienne notre quotidien", commente David Morales, dirigeant d’une SARL et représentant de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment.
Proposée et financée par le PTNB (plan Transition numérique dans le bâtiment), réalisée par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), cette plateforme permet à tous les acteurs d’un projet de construction d’échanger en chat ou visioconférence, de visualiser et partager la maquette numérique, de partager les tâches suivant un agenda de gestion de projet en attribuant des délais précis et des degrés d’urgence, ou encore d’annoter les plans 2D ou 3D.

L’app store de la construction

On compte d'ores déjà 3.300 utilisateurs individuels de Kroqi, sur 1.200 espaces de travail partagés, essentiellement des architectes ou BIM managers à ce stade. L’outil peut être adapté afin de répondre aux besoins particuliers des plus grandes entreprises de la construction qui souhaiteraient l’adopter. Les services de Kroqi sont organiquement enrichis par l'intégration des services d’éditeurs logiciels partenaires, qui apportent une plus-value orientée BIM. 18 d’entre eux, sélectionnés par appel à projet, sont invités à proposer leurs produits sur Kroqi, qui pourrait s’imposer comme un "app store de la construction à la française, gratuit et public", selon les termes de Julien Soula, chef de division BIM au CSTB, en charge de la plateforme.
Parmi les services BIM attendus dans les prochains mois : le dépôt numérique des permis de construire. Si la maquette numérique est validée par les intervenants décisionnaires, les données sont automatiquement renseignées dans le formulaire Cerfa de demande. En ligne de mire : la dématérialisation complète de la commande publique dans le secteur de la construction et la dématérialisation systématique des permis de construire en 2022.

La mobilisation des donneurs d’ordre avec Objectifs BIM 2022

Julien Denormandie a également signé la charte "Objectifs BIM 2022", matérialisant l’engagement de maîtres d’ouvrage publics à concevoir, exploiter et maintenir par le BIM, notamment grâce à Kroqi, leurs projets de bâtiments ou d’infrastructures de transport. La Société du Grand Paris (SGP), le groupe RATP, SNCF Gares et Connexions et les établissements publics Grand Paris Aménagement et Paris-Saclay étaient réunis auprès du secrétaire d’Etat, qui juge essentiels "la mobilisation et l’engagement de grands maîtres d’ouvrage sur des projets concrets, dès aujourd’hui".
Les futurs chantiers de lignes de la SGP, la plupart des gares construites par SNCF Gares et Connexions, ainsi que les lignes nouvelles et gares existantes de la RATP, seront progressivement conçues ou converties à la maquette numérique.
"Le métro du Grand Paris est un projet trop important pour qu’on passe à côté du BIM : la SGP rencontre à elle seule toutes les problématiques de la construction digitalisée", commente Julien Soula. Prenant acte de la concentration des projets en BIM dans la région francilienne, le CSTB a inauguré une salle de simulation dédiée, permettant de naviguer dans la maquette numérique d’un projet.

Les avancées du BIM dans la commande publique

Afin de mesurer la prise en compte du BIM par la maîtrise d’ouvrage publique, le Conseil national de l’ordre des architectes a analysé systématiquement les avis de concours de maîtrise d’œuvre publiés depuis avril 2016. D’après l’étude, 8% des concours font référence au BIM (contre 15% en marché global), dans des termes souvent assez permissifs : une compétence obligatoire en BIM est simplement imposée dans 70% des cas (soit 6% des concours) ; tandis que des critères de sélection relatifs au BIM sont parfois imposés, mais rarement dotés d’une pondération significative. La remise d’une maquette numérique en phase d’évaluation des projets reste tout à fait marginale, de l’ordre de 7% des concours intégrant le BIM, soit 0,5% de l’ensemble des concours.
"La prise en compte actuelle du BIM semble poursuivre une trajectoire similaire à la mise en place des démarches de développement durable dans la construction publique observées il y a quelques années. Si certains maîtres d’ouvrage conduisent d’ores et déjà une démarche pleinement structurée en matière de BIM, la plupart restent dans une phase d’apprentissage incluant son lot d’approximations", précise l’étude. Julien Soula propose quelques pistes pour engager une démarche BIM du point de vue d’une collectivité.

Comment aborder le BIM en collectivité ?

Pour une collectivité inexpérimentée en matière de BIM mais souhaitant s’y accoutumer, il est conseillé d’ouvrir un compte d’utilisateur sur Kroqi, afin d’instituer - pour tout nouveau marché public de construction - des clauses de BIM incitant les attributaires à "collaborer en digital", c’est-à-dire à échanger des fichiers en format BIM avec le maître d’ouvrage. Une fois assimilés le fonctionnement de la plateforme et les formats de documents BIM, la collectivité peut alors demander aux architectes lauréats de marchés de construction les maquettes 3D de leurs ouvrages.
La digitalisation du bâtiment sera à l’ordre du jour du projet de loi Elan, discuté cette semaine en conseil des ministres. Le bail numérique et la dématérialisation des documents de construction et d’urbanisme figurent dans le texte réglementaire, tandis que le carnet numérique du bâtiment, jugé insatisfaisant sur le plan juridique, n’est pas retenu. 

Lire aussi