Emmanuel Macron : "Nous allons ouvrir mille classes à la rentrée 2018, en plus de celles en REP et REP+"

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Depuis l'école tourangelle de Rilly-sur-Vienne, Emmanuel Macron a indiqué, ce jeudi 15 mars, que le dispositif de dédoublement des CP et CE1 concernait non seulement les classes de REP et REP+ des quartiers populaires urbains, mais aussi des classes situées dans des écoles rurales*.
La petite école de Rilly-sur-Vienne, qui compte aujourd'hui deux classes multi-niveaux en bénéficiera. Elle ouvrira une troisième classe à la rentrée prochaine, ce qui lui permettra de dédoubler sa classe CP-CE1 et passer ainsi à 12 et 13 élèves par classe, contre 25 actuellement.
A ceux, maires ruraux et syndicats d'enseignants, qui soutiennent que des classes rurales seront fermées à la rentrée 2018 afin de dégager des postes pour le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les quartiers défavorisés, le président de la République a répondu : "Cette idée est fausse". "Contrairement à ce qu'on entend, nous allons ouvrir mille classes à la rentrée 2018, en plus de celles en REP et REP+, alors qu'on a 32.000 élèves en moins", a-t-il répété (plus précisément : 4.200 classes seront créées en solde net, dont 3.200 pour dédoubler les CP en REP et les CE1 en REP +). "Par contre il est vrai qu'il y a des communes où la perte d'élèves est telle qu'on se retrouve avec des écoles qui ont 20, 30 élèves : là on doit les regrouper parce que ça n'a pas de sens de garder des structures si petites", a également déclaré le président de la République.
En l'occurrence, pour ce qui des "47 départements les plus ruraux" le solde net sera de 207 classes fermées" à la rentrée 2018, a indiqué Jean-Michel Blanquer présent à ses côtés. Soit la différence entre 990 fermetures de classes et 783 ouvertures. A comparer aux 1.200 fermetures (en solde net) dans ces zones sur le cumul 2015 et 2016.
Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer ont encouragé la signature de conventions de ruralité, lesquelles invitent à restructurer le réseau des écoles notamment via le développement des regroupements pédagogiques intercommunaux (RPI). Les conventions étaient 40 à la rentrée 2017, sur "la soixantaine" de départements éligibles. Le ministère compte monter à 66 en 2018 et 2019.

*Les travaux d'aménagement des salles de classe nécessaires à la mise en œuvre du dédoublement de classe pourront être financés par des subventions au titre de la dotation d'équipement des territoires ruraux (DETR), ainsi que le mentionnait la circulaire adressée le 9 mars aux préfets (voir notre article ci-dessous du 14 mars 2018).
 

Lire aussi