Occitanie - Inauguration d'un datacenter à Albi

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Le datacenter et son centre opérationnel "Fil d'Ariane" sur le parc technopolitain Albi-Innoprod
© Ariane Network | Le datacenter et son centre opérationnel "Fil d'Ariane" sur le parc technopolitain Albi-Innoprod

A l'heure de l'accélération des usages numériques, les datacenters deviennent - au même titre que les gares TER ou TGV - de véritables outils d'aménagement des territoires. Les collectivités en quête de vecteurs de développement économique se penchent de plus en plus sur l'opportunité de s'équiper - sur fonds propres ou en partenariat public-privé - d'un datacenter. C'est chose faite à Albi, où la société ARIANE.NETWORK, filiale de la société anonyme d'économie mixte E-Téra (dont le département du Tarn est le principal actionnaire) a ouvert ce vendredi 16 février un datacenter haut de gamme dans le parc d'activités technopolitain Albi-Innoprod.

Cet équipement répond aux exigences les plus poussées actuellement en matière de sécurité, de puissance informatique, et surtout de bilan énergétique. Le recours au free cooling, c'est-à-dire le refroidissement des serveurs par ventilation naturelle avec de l'air extérieur, devrait permettre une réduction de la facture énergétique de l'ordre de 30 à 50%, soit l'équivalent de la consommation domestique d'une ville de 15.000 habitants pour un centre de cette taille : une centaine de baies sur 4.500 m².

Cet équipement de pointe, dénommé le Fil d'Ariane, a représenté un investissement de l'ordre de 10 millions d'euros. Connecté avec les autres datacenters d'envergure nationale et les RIP, il offre des services classiques de stockage, mais également de cloud computing et de virtualisation, une diversification des offres qu'on observe tendanciellement pour tous les opérateurs de datacenters. Le modèle public-privé du datacenter, s'il intéresse de nombreux élus, n'a toutefois pas fait beaucoup d'émules : lorsque l'investissement répond à une demande forte des entreprises ou administrations locales, les acteurs privés tendent à saisir l'opportunité ; lorsque la demande est légèrement insuffisante, l'effort d'investissement public peut être jugé dispendieux. Toutefois, le développement d'un écosystème numérique, grande promesse de l'équipement qui emploie déjà une soixantaine d'ingénieurs et de techniciens, pourrait s'avérer profitable à terme pour le territoire.