En bref - La ville de Lille et l'Etat condamnés pour l'expulsion illégale des habitants d'un bidonville


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Quelques jours après l'envoi aux préfets d'une instruction gouvernementale visant à accélérer la résorption des campements illicites et des bidonvilles (voir notre article ci-dessous du 6 février 2018), la ville de Lille et l’Etat ont été condamnés pour l’expulsion illégale des habitants d’un bidonville. Le juge des référés du tribunal de grande instance de Lille les a sommés, le 6 février, de réparer le préjudice causé par l’expulsion, le 3 novembre dernier, de 15 personnes vivant dans un bidonville. Les familles avaient été expulsées par les polices municipale et nationale, "sans qu’aucune décision de justice ne l’ait ordonné, alors qu’elles habitaient ce terrain vide (propriété de la ville de Lille) depuis trois semaines, faute d’une autre solution de logement digne", note la fondation Abbé-Pierre. Elle rappelle à cette occasion que les expulsions de bidonvilles réalisées sans autorisation de la justice ne sauraient en aucun cas "se justifier en alléguant un flagrant délit".
La Dihal (Délégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement) estime à 570 le nombre de bidonvilles aujourd'hui en France.


Pour aller plus loin

Lire aussi