En bref - Le service national universel ne sera "probablement pas obligatoire"


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Florence Parly, ministre des Armées, a déclaré ce 9 février sur France inter que le service national ne serait "probablement pas obligatoire". Une annonce qui vient confirmer ce que le président de la République avait laissé présager lors de ses vœux du 30 janvier (voir notre article du 5 février 2018). Emmanuel Macron avait alors parlé de "service national universel", sans référence à la dimension "obligatoire" du dispositif qui correspondait à sa promesse de campagne. Le service national tel qu'il le présentait en mars 2017 devait durer un mois et être réalisé par l'ensemble d'une classe d'âge, "soit environ 600.000 jeunes par an".
"Ce sera un service qui probablement n'aura pas un caractère obligatoire, au sens où les gendarmes viendraient rechercher le réfractaire, mais ce sera un service qu'on cherchera à rendre attractif pour les jeunes afin qu'ils soient incités à le réaliser, à la fois pour eux-mêmes, pour ce qu'ils y apprendront et aussi pour ce qu'ils pourront donner aux autres", a expliqué Florence Parly ce matin.
Une orientation qui va dans le sens des recommandations du Conseil d'orientation des politiques de jeunesse (COJ), qui estimait dans son rapport récemment remis au ministre de l'Education nationale qu’un service obligatoire pouvait causer "une rupture" dans le parcours scolaire, professionnel ou dans la vie personnelle des jeunes.
Un groupe de travail mandaté par le président de la République devrait "rendre ses conclusions en avril" sur l'instauration de ce service. Un rapport parlementaire sur le sujet est également attendu le 21 février.
 

Lire aussi