Crues : moins de dégâts et de personnes touchées qu'en 2016, selon Bruno Le Maire

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Crue de la Marne - Le Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), 30 janvier 2018
© Michael Lumbroso / REA | Crue de la Marne - Le Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne), 30 janvier 2018

"La crue n'a pas de conséquences de la même ampleur que celle de 2016 sur le nombre de personnes touchées, le nombre de dossiers concernés, et sans doute sur les dégâts à terme et le montant des dégâts", a déclaré Bruno Le Maire ce 30 janvier, à l'issue d'un entretien avec les assureurs. Le ministre de l'Economie leur a demandé de procéder aux indemnisations des sinistrés "le plus rapidement possible" et en faisant preuve de "compréhension" sur les délais de déclaration et les preuves à apporter.
Il a également promis de prendre l'arrêté de catastrophe naturelle, conjointement avec le ministre de l'Intérieur "dès que possible, dès que les demandes des communes nous seraient parvenues". La reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle permet aux victimes ayant un contrat d'assurance de dommages (multirisques habitation, entreprise,
automobile...) d'être indemnisées pour les dommages matériels dus aux inondations.
Le ministre a évoqué une dizaine de milliers de dossiers déposés par des sinistrés auprès de leur assureur pour l'instant. Il y en avait eu 196.000 lors des crues de 2016. Le président de la Fédération française de l'assurance (FFA), Bernard Spitz, a promis que les assureurs seraient "extrêmement bienveillants". "Les assureurs sont évidemment prêts à accepter un allongement des délais" de déclaration, à savoir dix jours après la publication de l'arrêté de catastrophe naturelle, a dit Bernard Spitz. Sur l'ampleur des dégâts, "aujourd'hui on a quelque chose de beaucoup moins important qu'il y a un an", a-t-il confirmé, ajoutant cependant être "loin d'avoir soldé tous les effets de la situation actuelle".
La Seine a atteint à Paris lundi 29 janvier son pic de crue, nourrie par des pluies historiques, mais la décrue s'annonce lente avec pour les riverains des conséquences pendant plusieurs jours encore. Les rives normandes du fleuve se préparent aussi à des débordements dans les heures et les jours qui viennent, dont l'ampleur dépendra de la météo, ont prévenu les préfectures de l'Eure et de la Seine-Martime, départements où certaines secteurs sont en vigilance orange.

Lire aussi