En bref - Un policier à l'école ? L'expérimentation niçoise critiquée côté profs... et police

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

L'arrivée annoncée de policiers municipaux non armés dans quelques écoles de Nice, présentée comme une "première en France" par le maire LR Christian Estrosi, a suscité dimanche les critiques d'enseignants mais également du Syndicat de défense des policiers municipaux (SDPM).
Cette annonce du maire de Nice "pourrait s'avérer dangereuse pour le policier municipal non armé en faction dans l'école", souligne dans un communiqué le SDPM.
"Il est évident qu'en cas d'attaque terroriste dans une école, le policier sera une cible privilégiée", sans moyen de défense. "L'effet recherché a de très fortes probabilités d'être nul", poursuit-il. "Si le SDPM est bien entendu favorable à une politique sécuritaire raisonnable et réfléchie, il pense qu'elle doit s'accompagner d'une relative modestie."
La mairie de Nice avait indiqué samedi, en marge d'une visite à Nice du ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, lancer son expérimentation dans deux ou trois écoles choisies avec l'État à la rentrée prochaine. Ce projet de M. Estrosi avait auparavant été rejeté par la précédente ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem. A l'époque, la fédération de parents d'élève FCPE et des syndicats enseignants l'avaient critiqué.
Côté profs, le syndicat enseignant CGT Educ'action a de nouveau "condamné" la mesure, sur fond d'austérité budgétaire. "Ce qu'il nous faut dans les écoles, ce ne sont pas des policier-es mais des secrétaires administratives, des Atsem, des infirmier-es scolaires... Ce qu'il faut à la prévention, ce n'est pas un-e policier-e dans les écoles, mais du budget pour les services sociaux", affirme le syndicat.
Depuis la rentrée 2016 qui a suivi l'attentat sur la Promenade des Anglais ayant fait 86 morts le 14 juillet, Nice a mis en place des vigiles devant les écoles, remplacés depuis par des policiers. La ville s'est aussi dotée d'une salle de vidéosurveillance dédiée aux écoles, en plus d'alarmes anti-intrusion, de boutons d'alertes et badges d'accès.