Grâce à Mobil'sport, le sport investit les territoires très ruraux


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Sport rural |

Une dizaine de retraités bâtons en main qui progressent dans la neige en pratiquant la marche nordique au milieu d'un village isolé des Hautes-Alpes… l'image est inédite mais pourrait bientôt devenir banale. Depuis le début de l'année 2018, un nouveau dispositif sportif de prévention de la perte d'autonomie est en effet à l'œuvre dans plusieurs territoires ruraux de ce département : Mobil'sport.
Mobil'sport est né en 2014 en Ardèche. A l'époque, le département s'est adressé à la Fédération nationale du sport en milieu rural (FNSMR) avec une question : "Pourquoi n'y a-t-il aucun pratiquant de sport dans certaines petites communes ?" Au bout de trois mois d'enquête, le diagnostic sportif territorial de la FNSMR conclut que les habitants veulent bien faire du sport mais rechignent à se déplacer vers les bourgs situés à 30 ou 40 minutes des petits villages très ruraux. "Et dès qu'il pleut ou qu'il y a de la neige, on a de bonnes excuses pour rester chez soi, ajoute Johann Behr, chargé de mission à la FNSMR. En revanche, tout le monde nous disait que s'il y avait du sport dans sa commune, c'est sûr, on en ferait."
Pour combler ce manque, la FNSMR s'est très simplement inspirée du bibliobus, mais au lieu d'amener une bibliothèque dans les villages, elle a décidé d'y amener un gymnase. Voilà comment est né Mobil'sport, une camionnette remplie de matériel pour pratiquer une trentaine d'activités sportives différentes et conduite par un animateur spécialisé multisport.

Ambition nationale

Depuis ses premiers tours de roues en Ardèche, Mobil'sport propose des activités sportives aux habitants des villages ruraux isolés, qu'il s'agisse de seniors, adultes, enfants ou tout-petits. Les activités se font principalement dans des salles polyvalentes mises à disposition, des maisons de retraite ou encore à l'extérieur. En Ardèche, le département a entièrement financé l'achat du camion. Quant aux activités - le fonctionnement qui inclut le salaire de l'éducateur et les déplacements -, elles sont prises en charge, pour partie par les collectivités accueillantes, pour partie par des structures (associations, Ehpad, etc.). Les tarifs démarrent à 95 euros pour une séance de 1h30 avec un encadrant.
Après deux années de succès en Ardèche, le dispositif s'est découvert une ambition nationale. "Nous avons été très surpris de l'engouement rencontré, explique Johann Behr. J'ai donc proposé à la FNMSR de dupliquer Mobil'sport, car il existe des territoires très ruraux partout en France." Le dispositif a alors été présenté à l'ensemble du réseau fédéral et une partie du temps de travail du chargé de mission a été détaché pour aider à le diffuser. Aujourd'hui, trois camions existent et dans moins d'un an quatre autres seront mis en service, tandis que quatre ou cinq autres sont en phase de prospection, de recherche de partenaires et de financements.

Des seniors vivant à domicile

Dans les Hautes-Alpes, le dispositif a été adopté en 2017 pour une mise en oeuvre sur le terrain en janvier 2018. "De par la typologie de notre département, nous sommes vraiment intéressés par ce type de projets mobiles, qui peuvent s'adapter au territoire, souligne Camille Raynaud, chargée de mission à la conférence des financeurs de la prévention de la perte d'autonomie des Hautes-Alpes. Dans le cadre de la conférence des financeurs, nous avons un axe fort qui est la lutte contre l'isolement. Et nous avons de surcroît des problématiques d'accès aux actions de prévention."
Ce sont donc les personnes de plus de 60 ans vivant à leur domicile en milieu rural qui sont bénéficiaires d'un financement départemental dans le cadre de la conférence des financeurs. Le département participe au fonctionnement du dispositif à travers la prise en charge du salaire de l'agent de développement, en partenariat avec le CNDS (Centre national pour le développement du sport). Quant au financement de l'investissement dans le Mobil'sport, il a fait l'objet d'une aide de la région, ainsi que d'une dotation de la Fondation Crédit agricole.

Demain, les petites villes ?

Avec le CRSMR (comité régional du sport en milieu rural), la conférence des financeurs a ciblé trois territoires, soit dépourvus d'actions de prévention, soit possédant un tissu assez fort en termes de professionnels de santé. Le département s'est fortement appuyé sur les collectivités et les associations engagées sur le territoire pour servir de relais et mettre en relation la population avec le Mobil'sport. Pour la première année de mise en oeuvre, les Hautes-Alpes comptent toucher une centaine de seniors.
Par delà son extension déjà enclenchée dans les territoires ruraux, l'avenir de Mobil'sport pourrait connaître une nouvelle voie. "Il y a une demande en faveur des personnes éloignées socialement de la pratique sportive. Des centres sociaux et autres structures spécialisées nous demandent de faire des interventions pour ce public dans de petites villes", conclut Johann Behr. A quand la vision, toujours aussi inédite, de retraités faisant de la marche nordique en pleine ville ?

Lire aussi