La Fédération nationale du bois souhaite un chêne davantage transformé en France


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© Fotolia |

Au cours d'une rencontre entre élus et forestiers à l'Assemblée nationale ce 29 novembre, la Fédération nationale du bois, qui représente de nombreux exploitants forestiers et scieurs français, a appelé à l'aide les parlementaires  pour que le chêne français soit davantage transformé sur le territoire national, au lieu d'être exporté brut.
Alors qu'un label "Transformation UE" accorde déjà aux acheteurs qui s'engagent à transformer leur bois dans l'Union européenne un accès privilégié aux chênes lors des ventes de l'Office national des forêts (ONF), gestionnaire des forêts publiques, les professionnels souhaitent notamment que ce label soit étendu à la forêt privée, qui représente 50% de la forêt française.
Nicolas Douzain-Didier, délégué général de la FNB, a souhaité que le label soit étendu "à la forêt privée sous toutes ses formes, à commencer par les grands opérateurs et les grandes entreprises françaises, en particulier celles qui dépendent de l'Etat". Il a cité notamment la Caisse des Dépôts, qui gère près de 300.000 hectares de forêts, mais aussi les grandes banques et les assureurs.
Pour Philippe Siat, président de la Fédération, cette richesse doit "bénéficier à la France plutôt qu'à des pays comme la Chine", l'Empire du milieu étant souvent pointé du doigt pour son appétit pour les chênes français. Outre une incidence fâcheuse sur le solde du commerce extérieur français, la FNB craint pour la survie des scieries de chênes, dont le nombre diminue d'année en année. "On ne peut considérer que l'espace rural français soit un supermarché pour une mondialisation sans foi ni loi", a déclaré Dominique Potier, député de Meurthe-et-Moselle (PS), spécialiste des questions agricoles. Co-organisateur de cette rencontre à l'Assemblée nationale, il compte adresser avant Noël un "plaidoyer" en ce sens au Premier ministre, Edouard Philippe.
La filière bois représente aujourd'hui environ 440.000 emplois, dont 50.000 emplois directs dans les scieries.

Lire aussi