Santé - Attractivité médicale des hôpitaux : il y a encore des progrès à faire

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© dossier de presse fhf |

Alors qu'une nouvelle stratégie nationale de santé 2017-2022 est en cours d'élaboration et que le Premier ministre vient de présenter le plan de lutte contre les déserts médicaux, la Fédération hospitalière de France (FHF) publie les résultats d'une enquête originale, réalisée avec le cabinet Arthur Hunt auprès de 5.600 médecins hospitaliers et étudiants en médecine, sur l'attractivité médicale des hôpitaux, autrement dit sur leur capacité à recruter des praticiens. L'enjeu n'est pas mince puisque, selon le rapport d'activité 2016 du Centre national de gestion, le taux national de vacance statutaire est de 26,5% pour les postes de praticien hospitalier à temps plein et de 46,1% pour les postes de praticien hospitalier à temps partiel.

Les GHT sont un levier d'attractivité

Il ressort de l'enquête que les principaux leviers d'attractivité de l'hôpital public auprès des médecins sont le travail en équipe (63,9% de citations), les valeurs du service public (56,5%), l'intérêt clinique (44,3%), la possibilité de développer d'autres activités comme la recherche ou l'enseignement (33,3%) et l'accès aux plateaux techniques (28,7%).
Les résultats sont nettement différents pour les étudiants en médecine, puisque arrive en tête l'accès aux plateaux techniques (54,7%), le travail en équipe (49,2%) et la possibilité de développer d'autres activités (39,6%), alors que les valeurs du service public ne sont citées qu'en dernier (29%).
L'étude montre aussi que les groupements hospitaliers de territoire (GHT) - très soutenus par la FHF - et les coopérations médicales de territoires sont perçus comme des leviers d'attractivité de l'hôpital public par 42,6% des médecins, notamment grâce à l'accès à des plateaux techniques et des équipements médicaux, ainsi qu'à l'amélioration de la qualité de prise en charge, "et ce alors même que les projets médicaux viennent d'être finalisés". Il reste que plus de 57% des médecins ne partagent pas cette vision.

Un manque de lisibilité

Parmi les outils jugés les plus pertinents pour faciliter l'intégration des nouveaux médecins dans les hôpitaux, sont notamment citées les procédures d'accueil dans les services (86% de citations), les démarches de compagnonnage (83%) et la création d'un guichet logistique unique (76%). Des demandes logiques, puisque 68% des médecins - contre 18,7% - ne se sentent pas suffisamment accompagnés. Les praticiens se plaignent également du manque de lisibilité. Ainsi, 72,2% des médecins considèrent que les procédures de recrutement ne sont pas suffisamment connues et explicites, tandis que 93,5% des étudiants estiment ne pas être suffisamment informés sur les parcours professionnels à l'hôpital.
Les constats sont en revanche un peu meilleurs pour ce qui concerne la qualité de vie au travail, puisque 64% des médecins estiment que les priorités du service font sens, 52% se sentent soutenus dans leur exercice professionnel, 52% également se sentent en capacité d'agir et 48% se disent impliqués dans l'élaboration des projets institutionnels. Mais seuls 26% des médecins hospitaliers se disent satisfaits de l'équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée, contre 46% qui jugent cet équilibre moyen et 28% qui l'estiment insuffisant. D'autres questions, plus internes, apportent également un éclairage sur les attentes en matière d'organisation des services et les enjeux du management.

Un Mooc de la FHF sur l'attractivité médicale des hôpitaux

A noter : pour répondre aux attentes qui se font jour à travers les résultats de l'enquête, la FHF met en ligne un Mooc (Massive Open Online Course) dédié à l'attractivité médicale des hôpitaux. Celui-ci propose déjà plusieurs formations en ligne à travers un parcours en quatre modules, consacrés respectivement au projet médical, à l’élaboration d’un projet social médical, aux outils juridiques ou encore au partage de postures managériales. Le Mooc propose aussi une quarantaine d'outils issus des bonnes pratiques des hôpitaux, ainsi qu'un partage d'expérience sur les forums dédiés.

Télécharger

Lire aussi