Des commerces "de proximité" parfois très éloignés des habitants


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

© ©Pierre GLEIZES/REA |

26% des ruraux vivent dans une commune dépourvue de tout commerce, selon l'étude de l'Insee "Les entreprises en France" (édition 2017), publiée le 7 novembre. Dans un chapitre consacré aux "commerces et inégalités territoriales", l'Insee s'intéresse à l'accès des Français aux commerces du quotidien. L'étude montre, sans surprise, que l'accessibilité des commerces est "bien meilleure dans les communes urbaines que dans les communes rurales". Neuf habitants des villes sur dix se trouvent ainsi à moins de 600 mètres à vol d'oiseau d'un commerce. Distance qu'il est "possible de parcourir à pied dans la plupart des cas", est-il précisé. Les pharmacies et les boulangeries sont les commerces les plus proches, viennent ensuite les petites surfaces alimentaires, les boucheries-charcuteries, les fleuristes et les jardineries… En comparaison, la moitié des habitants de communes rurales doivent parcourir plus de 2,2 km à vol d'oiseau pour trouver une boulangerie, 3,2 km pour une pharmacie, 3,4 km pour une supérette ou une alimentation et 3,8 km pour une boucherie… Et encore, il s'agit là des commerces les plus proches. Plus de la moitié des ruraux doivent parcourir plus de 6 km pour accéder à un fleuriste, une jardinerie, un supermarché, un marchand de journaux, un magasin d'équipement ou d'optique. Entre 2010 et 2015, l'accessibilité des commerces n'a pas vraiment évolué. 41% des communes rurales disposent d'au moins un commerce en 2015. 59% n'en ont  aucun, contre 58% en 2010.
L'Insee montre par ailleurs que l'implantation des magasins reflète en partie les "clivages géographiques" entre les grandes métropoles et le reste du territoire. L'évolution de l'emploi dans le commerce de détail est très corrélée à l'évolution démographique : l'un et l'autre sont plus dynamiques sur les façades atlantique et méditerranéenne, dans la vallée du Rhône et en région parisienne. Les hypermarchés sont beaucoup plus rares dans les grandes villes que dans les petites et moyennes. "Comme pour les autres équipements, l'accès aux commerces reste une problématique importante dans les communes rurales mais également dans certains quartiers urbains, périphériques ou modestes", souligne l'Insee. D'ailleurs, les communes rurales périurbaines (qui regroupent plus des 4/5e de la population rurale) sont moins bien fournies en magasins que les communes rurales qui ne sont pas dans la zone d'influence d'une ville : elles possèdent 22 points de vente pour 10.00 habitants contre 55 chez les secondes.
 

Télécharger

Lire aussi