Dépense publique en faveur du sport : l'Etat s'affaisse, les communes tiennent la barre

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdes territoires.fr/donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© ministère des sports |

La dépense publique en faveur du sport n'est pas chose aisée à établir. Entre les différents programmes budgétaires et les interventions, d'un côté de l'Etat, de l'autre des collectivités territoriales, les tentatives de consolidation relèvent de la gymnastique. Organisme dédié à une meilleure connaissance de la réalité économique dans le champ du sport, l'Observatoire de l'économie du sport s'est essayé à l'exercice dans une publication mise en ligne le 10 octobre 2017.
Sans surprise, les chiffres font apparaître une baisse de l'investissement de l'Etat en faveur du sport, et ce quel que soit son type d'engagement. Ainsi le programme sports 219, qui porte la politique du ministère des Sports, a connu entre 2011 et 2016 une variation moyenne annuelle négative (-0,2%), mais surtout une dégringolade depuis 2012 : 265,4 millions d'euros cette année-là, contre 232,2 millions en 2016.
Le programme 124, qui englobe les crédits de soutien et en particulier les charges liées aux directions centrales, régionales et départementales de la cohésion sociale, de la jeunesse et des sports, a pour sa part baissé de 1,4% en moyenne chaque année, avec une accélération entre 2014 et 2016, passant de 361,4 millions d'euros à 321,1 millions.
Enfin, la dépense effective du CNDS (Centre national pour le développement du sport) pour le financement des politiques territoriales du sport s'est affaissée de 2,8% en moyenne entre 2011 et 2016, passant de 270,5 à 234,2 millions d'euros.
Au total, la dépense de l'Etat en faveur du sport a baissé de 1,5% par an en moyenne sur la période, avec un plafond atteint en 2014 (880,9 millions d'euros) et un plancher en 2016 (787,5 millions), soit une baisse globale de 10,6% en seulement deux ans.

Le bloc communal favorise l'investissement

Quant aux dépenses du secteur communal, elles laissent apparaître de façon béante les carences en matière de récolte des données : les statistiques de l'observatoire sont en effet arrêtées à 2013 ! Cette année-là, les communes avaient dépensé 12,1 milliards pour le sport, soit une variation annuelle moyenne positive de 6,5% depuis 2009. Dans le détail, cependant, l'évolution varie fortement selon que l'on considère les dépenses de fonctionnement d'un côté, et d'investissement de l'autre.
Les dépenses de fonctionnement, qui s'élevaient à 5,4 milliards en 2009, n'ont cessé de croître à un rythme régulier pour atteindre 6,4 milliards d'euros en 2013, soit une hausse moyenne annuelle de 4,6%.
A l'inverse, les dépenses d'investissement ont commencé par baisser au début de la période considérée, passant de 4,1 milliards d'euros en 2009 à 3,9 milliards en 2010. Puis elles ont connu une reprise très soutenue. En 2013, le bloc communal avait consacré 5,7 milliards d'euros aux investissements en faveur du sport. L'évolution annuelle moyenne de ce poste de dépense s'établit à 9%, soit deux fois plus que celle de la dépense de fonctionnement.
 

Lire aussi