En bref - Vers une "stratégie nationale" sur le véhicule autonome

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

La ministre chargée des Transports Elisabeth Borne souhaite que la France se dote d'ici à la fin de l'année d'une "stratégie nationale" sur le véhicule autonome. Alors qu'une consultation a été ouverte le 15 septembre par le ministère sur ce projet de stratégie, la ministre a dit ce 5 octobre vouloir arrêter une "vision globale" des enjeux industriels, de protection de données, réglementaires et de sécurité routière induits par l'arrivée de cette technologie. Un haut responsable chargé de la coordination du dossier sera nommé "dans le courant de la semaine prochaine", selon Elisabeth Borne qui ambitionne que "l'ensemble des acteurs soient alignés" au niveau national. Accompagnée du vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, chargé de l'Union de l'Energie, elle visitait ce jeudi à Versailles les locaux de l'institut Vedecom, qui étudie des solutions de mobilité propre et autonomes.
Vus comme l'un des axes principaux de développement de la mobilité individuelle ou collective à moyen terme, les véhicules autonomes font l'objet d'un effort massif de recherche et développement, de la part de constructeurs et équipementiers, mais aussi de géants d'internet comme Google et des start-up, sans oublier des universités. En pleines Assises de la mobilité, la ministre a souligné l'importance des voitures autonomes, notamment pour "optimiser l'utilisation de nos infrastructures".
"Il y a beaucoup de territoires où ce ne sont pas les solutions de transports publics traditionnels qui vont répondre aux besoins", notamment des zones peu densément peuplées, a souligné la ministre. Les véhicules autonomes peuvent être une solution dans ce cas, a-t-elle démontré.
La loi sur la mobilité prévue début 2018 "sera l'occasion d'ajuster la législation et la réglementation pour favoriser le développement de ces nouvelles mobilités", a-t-elle aussi promis. En l'état actuel de la législation française, née de la convention internationale de Vienne en cours de renégociation, les véhicules autonomes ne sont pas autorisés à circuler sur route ouverte, sans personne au volant.
Les grands industriels français, les groupes Renault et PSA, travaillent néanmoins d'arrache-pied à cette technologie, de même que l'équipementier Valeo, associé en particulier au groupe aéronautique Safran, ou encore les sociétés d'ingénierie Akka, Altran, Alten et Segula, au profit de clients tiers.

Lire aussi