EuropaCity reçoit un avis défavorable dans le cadre de l'enquête publique

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

EuropaCity : le futur quartier des loisirs du Grand Paris
© Flickr | EuropaCity : le futur quartier des loisirs du Grand Paris

Le projet EuropaCity porté par Immochan et un groupe chinois qui prévoit l'aménagement du triangle de Gonesse en grande zone commerciale et de loisirs a reçu l'avis défavorable du commissaire-enquêteur chargé de l'enquête publique sur la révision du plan local d’urbanisme de la ville de Gonesse (Val d’Oise). D'après son rapport, les objectifs économiques, sociaux et environnementaux du projet ne pourront pas être tenus.

"Le projet d'aménagement du triangle de Gonesse est peu compatible avec la notion de développement durable à différentes échelles." C'est la conclusion de Ronan Hébert, commissaire-enquêteur dans son rapport d'enquête publique sur la révision générale du plan local d’urbanisme (Plu) de la ville de Gonesse (Val d’Oise), publié le 24 août 2017. En cause : le projet de méga-complexe EuropaCity, lancé en 2011. Porté par une filiale d'Immochan (groupe Auchan), Alliages et Territoires, et un groupe chinois (Wanda), il prévoit la création sur le triangle de Gonesse de 80 hectares de commerces, hôtels, centres de loisirs et espaces d'affaires à l'horizon 2024.
Or les orientations du projet "sont modérément compatibles avec le pilier économique", justifie le commissaire dans son rapport de plus de 200 pages. D'après les estimations annoncées, le projet devrait créer entre 7.400 et 8.100 emplois. Mais des doutes ont vite pris place quant à la possibilité pour les habitants de profiter de ces emplois. D'après le rapport, les emplois et la richesse créés pourraient en fait se faire au détriment des activités présentes sur les territoires voisins, avec potentiellement la création de friches commerciales et tertiaires. Le conseil régional d'Ile-de-France avait d'ailleurs insisté sur la nécessité de rester attentif aux pôles économiques existants et notamment aux commerces de centre-ville.

Des objectifs d'emploi peu en phase avec le niveau de formation local

Même position du commissaire-enquêteur pour le volet social du projet, jugé peu convaincant. "Les objectifs en matière d'emploi sont peu en phase avec le niveau de formation local", insiste-t-il. Le transfert d'emplois pourrait impliquer la destruction d'autres emplois sur les territoires voisins. Un mécanisme non compatible avec un développement équitable. Interrogé en juin 2017 par Localtis, le maire de Gonesse avait fait part de ses doutes quant à l'accompagnement proposé par l'Etat et la région en matière de formation pour que les habitants puissent prétendre aux emplois créés…
Même sur le plan environnemental, le rapport estime que "les orientations ne sont pas satisfaisantes, avec des impacts sur le changement climatique, la destruction de ressources et l'atteinte à la biodiversité".
Pour toutes ces raisons, le commissaire-enquêteur juge le projet dans sa forme actuelle "pas totalement satisfaisant d'un point de vue environnemental, social et économique pour être acceptable". Il préconise de réduire ses impacts environnementaux à travers la diminution de la consommation de terres agricoles et souhaite que le projet intègre les zones d'activités actuelles qui nécessitent une rénovation/redynamisation/densification/transition pour redevenir attractives et ne pas risquer de devenir des friches. Autre préconisation : mieux appréhender les impacts sociaux et économiques à l'échelle du Grand Roissy pour ne pas détruire des équilibres socio-économiques existants. En conclusion, le commissaire indique que la dimension du projet relève davantage d'un plan local d'urbanisme intercommunal.
Pour le Collectif pour le triangle de Gonesse (CPTG), qui porte un projet alternatif, l'avis défavorable du commissaire-enquêteur est "une très bonne nouvelle pour terminer l'été", comme il l'affiche fièrement sur son site internet. L'avis n'est pourtant que consultatif. La ville de Gonesse le rappelle dans une communication sur son propre site, signalant également que les conclusions "ne sont pas de nature à remettre en cause le principe de l'aménagement du triangle de Gonesse, ni même à entacher la détermination de la municipalité à offrir une meilleure qualité de vie aux habitants de l'Est du Val-d'oise en général et aux Gonessiens en particulier". Elle devrait faire connaître sa réaction et sa position durant la première quinzaine de septembre.


Pour aller plus loin

Lire aussi