Enfance - La "VAE des jeunes parents" crée des remous chez les professionnels de la petite enfance

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Marlène Schiappa auditionnée à l'Assemblée nationale le 20 juillet
© Assemblée nationale | Marlène Schiappa auditionnée à l'Assemblée nationale le 20 juillet

Auditionnée le 20 juillet à l'Assemblée nationale par la délégation aux droits des femmes, Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, a annoncé travailler, avec le ministre de l'Education nationale, à la mise sur pied d'un "dispositif de validation des acquis de l'expérience des jeunes parents". Selon la ministre en effet, "un certain nombre de femmes, notamment dans des banlieues ou des zones rurales, ont eu des enfants jeunes et se retrouvent sans qualification, sans expérience professionnelle [...] sur le marché du travail avec un CV qui est une page blanche, qui n'ont pas de diplôme et qui ont pour seul argument dans les entretiens d'embauche que de dire : j'ai élevé mes enfants".

"Transformer l'expérience" en CAP petite enfance

Plus précisément, Marlène Schiappa a fait part de son intention de "lancer un dispositif de validation des acquis de l'expérience qui soit un parcours diplômant". Elle a affirmé que "nous sommes en train de voir si nous pouvons transformer cette expérience en CAP petite enfance, en diplôme d'Etat, en brevet d'Etat d'éducatrice de jeunes enfants, qui nous permette de faire se rencontrer l'offre et la demande sur le marché du travail". Cette VAE, à l'issue d'un congé parental par exemple, pourrait ainsi déboucher sur l'obtention d'un CAP petite enfance. Celui-ci donne notamment la possibilité de travailler dans des crèches, des haltes-garderies ou des centres de loisir. Il permet aussi de passer le concours d'Atsem, afin de travailler en école maternelle.
Si la VAE n'a rien de nouveau, la réaction des professionnelles ne s'est pas faite attendre devant une proposition qui semble donner un quasi libre accès au CAP petite enfance. Dans un communiqué du 21 juillet, la Fneje (Fédération nationale des éducateurs de jeunes enfants) fait part de son "indignation quant à cette annonce qui vient une fois de plus démontrer l'ignorance des enjeux de l'accompagnement des jeunes enfants et de leur familles dans notre société. Est-ce parce qu'on aide nos enfants à faire leurs devoirs pendant leur scolarité, qu'on est apte à devenir professeur des écoles ?". La Fneje estime en effet qu'"il ne suffit pas d'avoir eu des enfants pour accompagner ceux des autres" et que "professionnel(le)s de la petite enfance est un métier qui s'apprend".


Réflexion sous surveillance

Elle invoque notamment les conclusions du rapport Giampino sur la petite enfance (voir notre article ci-dessous du 11 mai 2016) et le lancement consécutif par Laurence Rossignol - alors ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes - d'un "Plan d'action pour la petite enfance", proposant notamment d'apporter un cadre commun à tous les professionnels de l'accueil des jeunes enfants, de refondre et rapprocher les formations et les diplômes, ou encore de faciliter l'application des normes. (voir notre article ci-dessous du 17 novembre 2016).
Plus récemment, Agnès Buzyn a évoqué, le 16 juin, en clôture des 42es Journées nationales d'étude des puéricultrices, ses orientations en matière de prise en en charge de la petite enfance. La ministre des Solidarités et de la Santé - en charge du dossier - y a souligné la nécessité d'une professionnalisation des métiers de la petite enfance tout en faisant directement référence au rapport Giampino.
Devant cette levée de boucliers, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes est donc quelque peu revenue sur ses déclarations initiales. Dans un souci d'apaisement, elle a ainsi affirmé n'avoir "jamais proposé de distribuer des CAP petite enfance aux mères", mais avoir seulement "lancé une réflexion qui visait à trouver des parcours diplômant pour ces mères et ces pères qui sont jeunes, qui sont sortis du parcours scolaire et se retrouvent avec un CV qui est une page blanche". Une réflexion qui devrait désormais se mener sous étroite surveillance.

Télécharger

Lire aussi