Aménagement du territoire - Un vade-mecum IAU / Caisse des Dépôts pour tout savoir sur le Sraddet

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© IAU |

Chef de file sur les compétences liées à l’aménagement et au développement du territoire, les régions vont devoir adopter leur schéma régional d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet) d’ici l’été 2019. Une étude pédagogique réalisée en partenariat entre l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Ile-de-France et la Caisse des Dépôts propose de les accompagner dans cet exercice délicat d’articulation entre vision régionale affirmée et réalité des planifications locales existantes.  

Documents de planification stratégique, les schémas régionaux d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet) devront être adoptés d’ici le 28 juillet 2019. Sensible à la dimension stratégique de ce nouvel outil réglementaire, la Caisse des Dépôts ambitionne d’accompagner les régions dans l’exercice de cette compétence de mise en cohérence et d’articulation des politiques publiques. Elle s’est donc rapprochée de l’IAU d’Ile-de-France - qui a assuré la maîtrise d’œuvre du schéma directeur de la région Île-de-France (Sdrif), lequel a beaucoup inspiré le législateur pour le Sraddet - pour produire une étude pédagogique d’une quinzaine de pages. Cette note a vocation "à la fois à expliciter ce qu’est le Sraddet, sa fonction, son contenu et sa procédure, et quels sont les enjeux induits pour les régions et leurs partenaires". L'un des apports majeurs de la loi Notr consiste en effet à doter la région d'un document prescriptif de planification ayant vocation à se substituer au schéma régional d'aménagement de développement du territoire (SRADT), au bilan très modeste en raison notamment de l'absence de caractère contraignant.
Planifier l’aménagement et le développement à l’échelle régionale constitue un exercice complexe, "d’autant que le délai de réalisation est très court", souligne l’étude. "C’est à la fois une opportunité pour la région et un exercice délicat en raison de l’amplitude du champ d’intervention, des reconfigurations territoriales récentes, et de l’ancrage des planifications locales". La transversalité du Sraddet autour de questions clés - telles que les transitions climatique et énergétique, la densification, la mixité... - représente cependant un atout favorable à "une approche englobante" des différentes typologies de territoires (urbain et rural), relève la note. 

Point d’équilibre

La création de cet outil a suscité auprès des collectivités locales "une certaine inquiétude vis-à-vis d’un schéma perçu comme un ‘super-Scot’". La tentation peut-être grande pour un premier Sraddet "de procéder par compilation de ces schémas", reconnaît le document. Mais "ceci reviendrait pour une région à renoncer à exercer sa compétence en matière d’aménagement régional". Le Sraddet repose donc sur un point d’équilibre "entre une vision régionale affirmée et la réalité des politiques d’aménagement infrarégionales qui ne peut être ignorée". Pour faciliter la compréhension dudit schéma, et par la même occasion, son acceptabilité par les élus locaux, les régions devront "investir le champ de l’accompagnement de l’ingénierie locale par de la pédagogie". Il leur faudra également maîtriser les outils permettant la traduction des orientations du Sraddet dans les documents d’urbanisme. "Ni trop rigide, ni trop souple", le Sraddet laisse ainsi une certaine marge d’appréciation aux collectivités dans l’élaboration de leurs documents d’urbanisme et sectoriels. Il a par ailleurs pour objet de rationaliser les documents de planification d’échelle régionale, dont il doit intégrer certaines composantes pour devenir "le principal schéma de référence". Cinq documents sont en particulier visés dans le domaine des mobilités et de l’environnement  : schéma régional des infrastructures et des transports, schéma régional de l'intermodalité, schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie, schéma régional de cohérence écologique, plan de prévention et de gestion des déchets. Là encore, cet exercice s’inscrit difficilement dans un calendrier contraint, dans la mesure où il implique de faire dialoguer toutes les thématiques de l’aménagement, notamment celles des documents sectoriels à intégrer. Pour rappel, ces documents thématiques "intégrés" n’auront, une fois le Sraddet approuvé, "plus d’existence propre".

Lire aussi