Energie - Autoconsommation d'électricité : les collectivités forces motrices

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

© Fotolia |

Coups de pouce des régions, réflexion tarifaire, modèles économiques émergents, l'autoconsommation photovoltaïque sort de l'ombre et intéresse les collectivités. Un débat organisé sur le sujet par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et l'Association académique de recherche, d'histoire et de sociologie de l'énergie (AARHSE) a réuni le 7 juin une centaine de participants.

L'autoconsommation relève-t-elle de l'intérêt commun ou d'une logique d'intérêt particulier ? La question fut au centre du débat que la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et l'Association académique de recherche, d'histoire et de sociologie de l'énergie (AARHSE) ont consacré le 7 juin à Paris à l'autoconsommation. "Chez les particuliers qui habitent des maisons, le décollage est net ; ailleurs, il est plus timide", observe prudemment Richard Loyen, délégué général du syndicat des professionnels de l'énergie solaire Enerplan.
Cette pratique qui se définit comme le fait de consommer sa propre production d'électricité, "au fil du soleil de l’énergie produite et sur site", évoluait jusqu'en début d'année sans cadre légal précis, au gré des innovations et d'appels d'offres territoriaux. Une loi depuis peu promulguée (voir notre article dans l'édition du 28 février 2017) a posé ce cadre et clarifié un point qui semble toujours crisper la Commission de régulation de l'énergie (CRE), à savoir que l'électricité autoconsommée est exemptée de contribution au service public de l'électricité (CSPE) et de taxe locale sur l'électricité pour les petits "autoconsommateurs". La partie qui n'est pas autoconsommée mais injectée dans le réseau (vente en surplus) fait depuis le mois dernier l'objet d'un arrêté tarifaire spécifique.

Des collectivités pionnières

Outre les particuliers, l'industrie et la grande distribution s'y mettent et des start-up ou installateurs comme ElectroConcept Energie ou MyLight Sytems se positionnent. Cette dernière jeune pousse vient d'ailleurs d'achever un projet d'autoconsommation photovoltaïque pilotable dans un vieil immeuble du 15e arrondissement parisien. Des collectivités montrent aussi la voie. Dans le Morbihan par exemple, le syndicat départemental d'énergies a travaillé avec des entreprises et des chercheurs pour se doter d'un bâtiment (microgrid Kergrid) qui autoconsomme une partie de l'énergie qu'il produit et en cède le surplus à Enedis. 
L'ex-Aquitaine a été l'une des premières à promouvoir les logiques d'autoconsommation dans les bâtiments, avec, à la clé, un appel à projets de deux millions d'euros. Après les régions Grand Est et Occitanie, l'Ademe Guadeloupe et Martinique viennent d'en lancer un. "L'autoconsommation tient la route quand il y a un fort besoin d'électricité en journée, une consommation électrique quotidienne et régulière, une corrélation entre les courbes de production et de consommation", éclaire Dominique Jamme, conseiller spécial du président de la CRE. C'est ainsi que la CRE a lancé l'an dernier un appel d’offres portant sur la réalisation et l’exploitation d’installations de production d’électricité qui utilisent les énergies renouvelables en autoconsommation.

Une logique d'appels à projets

Une expérience prometteuse mais qui n'a pas si vite que cela fait des petits. Les collectivités misent davantage sur des appels d'offres ou des appels à projets, aux critères de plus en plus exigeants et dont les lauréats sont, dans plusieurs cas, des gérants de centres commerciaux qui intègrent l'autoconsommation dans une installation bien précise, en ombrière photovoltaïque de parking.
Selon un point fait en début d'année par la région Nouvelle-Aquitaine aux Assises européennes de la transition énergétique, l'autoconsommation, désormais "possible administrativement, viable économiquement et simple techniquement", conviendrait également bien aux piscines, hôpitaux, Epahd, cuisines centrales et bâtiments municipaux. Enerplan diffuse en ce sens la fiche d’une opération photovoltaïque en autoconsommation réalisée dans un centre culturel municipal, à Ungersheim (Haut-Rhin).
A l’opposé de cette forme d'autoconsommation individuelle, pour sa propre production et consommation, émerge un autre modèle, "en pleine accélération" selon Richard Loyen d'Enerplan : l’autoconsommation collective. Au lieu d'être injecté dans le réseau, le surplus d'énergie produit alimente le voisin, dans une logique de partage qui s'avère intéressante pour de grands complexes ou des bâtiments publics. Mais comment facturer le voisin ? "Il faut un tarif d'utilisation du réseau public d'électricité (Turpe) adapté, un micro-Turpe que nous sommes en train d'élaborer, en fonction des différentes formes d'autoconsommation. Il fera l'objet d'une concertation cet été, d'un forum en juillet puis d'un atelier. Et entrera en vigueur au début de l'année prochaine", conclut Dominique Jamme.

Lire aussi