Richard Ferrand annonce un plan quinquennal pour le "logement d'abord"

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Rencontre du ministre de la Cohésion des territoires avec les associations de lutte contre les exclusions
© @Territoires | Rencontre du ministre de la Cohésion des territoires avec les associations de lutte contre les exclusions

Richard Ferrand a confirmé, mardi 6 juin, la mise en œuvre d'un plan quinquennal pour le "logement d'abord", ainsi que l'avait promis Emmanuel Macron lorsqu'il était candidat à la présidence de la République, à l’occasion de la remise du 22e rapport sur le mal logement de la Fondation Abbé Pierre, le 31 janvier dernier (voir nos articles ci-dessous). Le ministre de la Cohésion des territoires, qui parmi ses attributions a "en charge des politiques de prévention contre la précarité et l’exclusion dans le champ du logement et de l’hébergement" (voir notre article du 29 mai 2017), l'a fait savoir par voie de communiqué à la suite de sa réunion avec les grandes fédérations et associations du secteur*, ainsi que les porte-parole du Collectif des associations unies. Il a exprimé la volonté du président de la République de rompre avec la "logique de l’hébergement d’urgence, qui était devenue la règle plutôt que l’exception". "Le 'logement d’abord' constitue la base fondamentale pour changer cette logique, un principe directeur", a indiqué Richard Ferrand.
Le plan, d'une durée de cinq ans, viserait à accélérer l'orientation des personnes sans domicile, de la rue ou de l’hébergement d’urgence vers le logement, avec l'ambition de "diminuer de manière significative le nombre de personnes sans domicile d’ici 2022". "Il s’agit de passer d’une réponse construite dans l’urgence s’appuyant majoritairement sur des places d’hébergement avec des parcours souvent longs et coûteux, à un accès direct au logement avec un accompagnement social adapté aux besoins des personnes", précise le communiqué, qui fait référence au programme "Un chez soi d’abord". "L’accès au logement, ordinaire ou adapté, appuyé par le travail d’accompagnement des acteurs associatifs, permettra d’engager un parcours d’insertion amélioré auprès des personnes en situation de grande précarité", ajoute-t-il. 

*La Fondation Abbé Pierre, la Fédération des Acteurs de la solidarité, Adoma, l’Armée du Salut, l’association Aurore, le Centre d’action sociale protestant, Coallia, Emmaüs, la FAPIL, Habitat et Humanisme, le Secours catholique, SOLIHA, l’Unafo, l’UNIOPSS et le groupe SOS.

Lire aussi