Protection de l'enfance - Asile : les mineurs non accompagnés en baisse en Europe, mais en hausse en France


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Mineurs étrangers isolés évacués de la jungle de Calais en novembre 2016
© AFP | Mineurs étrangers isolés évacués de la jungle de Calais en novembre 2016

Eurostat publie les chiffres 2016 relatifs à la présence des mineurs non accompagnés parmi les demandeurs d'asile enregistrés dans les Etats membres de l'Union européenne. Ces "demandeurs d'asile considérés mineurs non accompagnés" - selon la terminologie d'Eurostat - étaient, l'an dernier, au nombre de 63.300 dans l'ensemble des Etats membres de l'UE. Par rapport aux 96.500 mineurs non accompagnés enregistrés en 2015, ce chiffre marque une baisse de près d'un tiers.

Un profil très différent

Malgré cette décélération, le nombre de mineurs non accompagnés reste toutefois toujours près de cinq fois supérieur à la moyenne annuelle observée sur la période 2008-2013 (environ 12.000 par an). Même élevé, ce chiffre de 63.300 ne représente toutefois que 5% des 1,2 million de primo-demandeurs d'asile enregistrés en Europe en 2016 (voir notre article ci-dessous du 21 mars 2017).
Compte tenu de leur parcours et de leur histoire, le profil des mineurs non accompagnés est nettement différent de celui des mineurs accompagnant un parent demandeur d'asile. Il s'agit essentiellement de garçons (89%), le plus souvent âgés (68% de jeunes de 16-17 ans, contre 21% âgés de 14-15 ans et seulement 10% de moins de 14 ans). Autre particularité : 38% de ces mineurs non accompagnés sont originaires d'Afghanistan, alors que ce pays ne représente que 15% de l'ensemble des demandeurs d'asiles arrivés en Europe en 2016 (voir notre article ci-dessous du 21 mars 2017). Le second pays d'origine des mineurs non accompagnés est la Syrie (19%), suivie de l'Irak (7%), de l'Erythrée (5%), de la Somalie (4%) et de la Gambie (4%).
A l'échelle de l'UE, ces mineurs non accompagnés représentent 5,9% de l'ensemble des mineurs demandeurs d'asile en 2016 (les autres accompagnant leurs parents).

Seulement 475 mineurs non accompagnés en France en 2016

Comme il est de règle depuis la "crise des migrants" de l'été 2015, la répartition géographique des mineurs non accompagnés est à la fois inégale dans l'espace et divergente dans les temps. Avec près de 36.000 mineurs non accompagnés enregistrés en 2016, l'Allemagne représente à elle seule 57% de l'ensemble, suivie par l'Italie (6.000 et 10%), l'Autriche (3.900 et 6%), le Royaume-Uni (3.200 et 5%), la Bulgarie (2.750 et 4%), la Grèce (2.350 et 4%) et la Suède (2.200 et 3%).
La France se situe loin derrière, avec 475 mineurs non accompagnés enregistrés en 2016, soit 0,75% de l'ensemble. Ces mineurs représentent seulement 0,62% des 76.000 primo-demandeurs d'asile enregistrés en France en 2016, au lieu de 5% en moyenne pour l'ensemble de l'UE. Les leçons récurrentes au Royaume-Uni sur l'accueil des mineurs isolés ne sont donc pas toujours du meilleur goût...
En revanche, alors que le nombre de mineurs non accompagnés enregistré dans les Etats de l'UE en 2016 est nettement orienté à la baisse, la tendance est inverse en France. Leur nombre est en effet passé de 320 en 2015 à 475 en 2016, soit une hausse de près de 50% en un an.
Autre particularité de la France : on ne retrouve pas le trio de tête des pays d'origine - Afghanistan, Syrie et Irak - observé au niveau de l'UE. Si l'Afghanistan est bien le premier pays d'origine des mineurs non accompagnés arrivés en France (28% du total), il est en effet suivi par la République démocratique du Congo (10%) et par le Soudan (8%).


Pour aller plus loin

Lire aussi