Mobilité - La région Hauts-de-France met ses véhicules à disposition des personnes qui retrouvent un emploi


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Dans le cadre de son dispositif Proch'Emploi, la région Hauts-de-France vient de lancer un dispositif expérimental de prêts de véhicules appartenant à la collectivité, pour facilité la mobilité des personnes qui ont trouvé un emploi et sont en période d'essai.

Les difficultés d'accès à la mobilité sont un frein à l'emploi. Encore récemment, cette question était au cœur des débats des 4e rencontres de la mobilité inclusive organisées le 18 janvier à Paris par le Laboratoire du même nom (sur ces rencontres, lire aussi notre article du 20 janvier). Une enquête dévoilée à cette occasion montrait que 50% des personnes en insertion avaient déjà refusé un emploi ou une formation pour des raisons de mobilité. Pour contrer ce phénomène, la région Hauts-de-France a lancé un dispositif expérimental ("En route pour l'emploi") qui consiste à mettre ses quarante véhicules à la disposition de personnes ayant trouvé un emploi et qui sont en période d'essai. Le 30 janvier, le président (LR) du conseil régional, Xavier Bertrand a remis les clefs du premier véhicule mis à disposition par la région dans ce cadre.

Pour bénéficier de ce dispositif, les bénéficiaires doivent conclure une convention avec la région qui précise qu'ils sont demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi et qu'ils ont déjà passé un entretien avec un référent de Proch'Emploi, le dispositif destiné aux demandeurs d'emploi créé par les Hauts-de-France. Ils doivent avoir retrouvé un emploi de type CDD de six mois et plus, ou un CDI à temps partiel ou complet dans la région. Le salaire brut mensuel ne doit pas excéder 1.800 euros.

Les bénéficiaires doivent être titulaires du permis de conduire B en cours de validité et ne pas posséder de véhicule à titre personnel. La durée de mise à disposition de la voiture ne peut pas dépasser celle de la période d'essai précisée dans le contrat de travail. En outre, celle-ci ne peut être utilisée que pour les trajets domicile/travail et son prêt est consenti moyennant le versement de deux euros par jour par le bénéficiaire. C'est la collectivité régionale qui assure le véhicule. Le carburant, les dépenses de péage et de parking sont à la charge du salarié.
 


 

Lire aussi