Salon de l'agriculture - La Caisse des Dépôts investit 6 millions d'euros dans la foncière Terre de Liens

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdesterritoires.fr/cs/ContentServer?pagename=Territoires/Page/Donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

"Le long terme c'est vraiment le temps de l'agriculture, c'est le temps de la terre." Pour Luc Moineville, la décision de la Caisse des Dépôts d'investir 6 millions d'euros dans la foncière Terre de Liens dont il est le gérant, est forte de symboles. Une nouvelle étape vient d'être franchie pour la foncière, dont le métier est d'acheter des exploitations agricoles pour les mettre à disposition de nouveaux paysans tournés vers une agriculture solidaire et bio : "On dépasse le cercle de militants actionnaires pour passer dans un deuxième cercle (…) C'est une véritable reconnaissance", s'est-il félicité, le 3 mars au Salon de l'agriculture, à l'occasion de la signature de cet accord inédit à plus d'un titre. Pour la Caisse des Dépôts tout d'abord, qui faisait ainsi sa première apparition dans la "plus grande ferme de France". "C'est une grande première (…) Nous avons plaisir à entrer pleinement dans un monde un peu nouveau pour la Caisse des Dépôts plus connue pour ses actions dans le logement social ou les grandes infrastructures, a déclaré Gabrielle Gauthey, directrice des investissements et du développement local de la Caisse des Dépôts. Cela traduit l'engagement pris lors de la COP 21, être un opérateur de référence des transitions écologique et énergétique de notre pays." Elle a aussi loué dans Terres de Liens "un maillon essentiel dans la lutte contre la disparition des exploitations de taille moyenne".
Créée en 2006, la foncière Terre de Liens tenait pour ses dix ans son premier stand sur le salon. Aujourd'hui, elle collecte entre 4 et 10 millions d'euros issus de particuliers ou de fonds d'épargne salariale. Une somme utilisée pour acheter des terres et les soustraire à la spéculation foncière en pérennisant leur vocation agricole. L'investissement de la Caisse donnera une visibilité à long terme, alors que l'épargne, elle, peut être retirée chaque année...

122 fermes dont 97% en circuits courts

La foncière pourra ainsi assumer ses "deux priorités", a insisté Luc Moineville : "garantir l'épargne de ses 12.000 actionnaires et être le bailleur rural de 122 fermes et 202 paysans." 97% d'entre eux sont impliqués dans des circuits courts. Et à ce titre, ils sont beaucoup moins exposés à la grave crise qui sévit aujourd'hui. C'est donc un véritable modèle alternatif qui est proposé. Et il n'est pas pour déplaire à la députée écologiste de la Dordogne Brigitte Allain, "marraine" de cet événement, elle-même ancienne agricultrice. Car il y a selon elle un "lien" entre le travail de Terre de Liens et sa proposition de loi visant à "favoriser l'ancrage local de l'alimentation" adoptée par les députés à l'unanimité le 14 janvier. Ce texte s'appuie sur la restauration collective qui assure "11 millions de repas par jour en France, c'est énorme", a-t-elle rappelé. Pour parvenir à l'objectif de 40% de produits locaux d'ici à 2020 fixé par la proposition de loi, "il va falloir être inventif, créer des plateformes, des légumières, des abattoirs de proximité…". "On va avoir des formes d'installations qu'on n'imagine pas encore", a-t-elle prédit, avant peut-être qu'un jour l'Union européenne se décide à avoir "une politique agricole et alimentaire commune". Seule déconvenue : en commission, les sénateurs viennent de supprimer la référence à l'objectif de 20% de produits bio (voir ci-contre notre article du jour). Un coup dur venu du sénateur UDI du Lot-et-Garonne Henri Tandonnet.


Pour aller plus loin

Lire aussi