Dématérialisation - Le gouvernement prépare une nouvelle doctrine sur l'identité numérique

Découvrez comment nous collectons, nous utilisons, nous traitons vos données en lisant notre Politique de protection des données à caractère personnel et notre mention d'information complète sur le traitement.

Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Les données à caractère personnel recueillies à partir du Site sont traitées par la Caisse des Dépôts selon les dispositions légales et réglementaires applicables et conformément à notre Politique de protection des données à caractère personnel, que nous vous recommandons vivement de prendre connaissance à https://www.caissedesdepotsdes territoires.fr/donnees-personnelles.
En effet, le document de Politique de protection des données à caractère personnel de la Caisse des Dépôts complète la présente mention d'information.
Les données à caractère personnel collectées via le présent formulaire en ligne sont destinées à être utilisées par la Caisse des Dépôts. Elles seront également rendues accessibles à nos prestataires techniques, pour les stricts besoins de leur mission.
Les données seront collectées et utilisées à des fins de d'information et d'accompagnement des acteurs territoriaux dans le cadre de nos missions d’intérêt public. Les données à caractère personnel sont également utilisées pour mieux vous connaître et nous permettre ainsi de personnaliser notre communication et participer à l'amélioration de nos services.
Lors de ce traitement, un certain nombre de données à caractère personnel sont demandées à la Caisse des Dépôts. La communication des informations identifiées par un astérisque (*) est obligatoire et conditionne le traitement de votre demande. Les réponses aux autres questions sont facultatives.
Vos données sont susceptibles d'être conservées pendant une durée de trois (3) années à compter de leur collecte ou du dernier contact avec nous.

Après une parenthèse de plus d'une année, le gouvernement veut relancer une politique nationale sur l'identité numérique. Objectif : d'une part mettre en place un système d'authentification et de signature grand public, stable, sécurisé et capable de fédérer les émetteurs privés (et éventuellement publics) de certificats électroniques et d'autre part, reprendre l'initiative face à des solutions étrangères qui ne garantiraient pas totalement l'identité au sens régalien du terme.
Une telle démarche avait déjà été amorcée dès 2010 avec le lancement du label Idénum, destiné à créer un marché de l'offre sur le secteur privé et, avec l'accélération du projet de carte nationale d'identité électronique (Cnie), sur le versant public, qui intégrait une puce optionnelle, dotée d'un certificat. Mais la censure des dispositions de la loi "protection de l'identité" et des principales fonctionnalités de la Cnie par le Conseil constitutionnel en 2012, et la mise en veilleuse d'Idénum, avaient sonné l'arrêt des ambitions nationales... Le chantier est aujourd'hui relancé avec la volonté de reconfigurer le cadre de référence. Plusieurs décisions, au cours des deux derniers mois, confirment cet engagement.

Doctrine publique, Cnie, label Idénum… nouveaux préparatifs

Sur l'offre publique de services, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, a missionné, fin décembre 2012, un inspecteur général de l'administration (IGA) afin d'identifier les besoins en matière de lutte contre la fraude et de protection de l'identité. Le rapport, attendu pour la fin mars, pourrait se conclure par la relance (ou non) d'un processus législatif destiné à relancer la Cnie. Par ailleurs les négociations autour du projet de règlement européen sur l'identité numérique se poursuivent activement. Mais l'élément structurant est aujourd'hui porté par le Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique : l'institution a pour mission de définir, d'ici le mois de juin, une nouvelle doctrine relative à l'identité numérique et assure en conséquence la coordination des différents chantiers.
Le volet privé semble plus prometteur en termes de délais de déploiement. Lors du forum international de la cybersécurité qui se tenait à Lille, fin janvier, Fleur Pellerin a en effet annoncé la relance du projet Idénum. Toujours porté par la Caisse des Dépôts et le Commissariat général à l'investissement (CGI), il devrait se conclure dans les prochaines semaines par la constitution officielle d'une société réunissant l'Etat, le groupe La Poste, Euro-information, les Pages Jaunes et SFR. Ce consortium sera chargé de constituer un référentiel commun (Label), à l'image de celui du groupement des cartes bancaires. Pour être labellisé, tout organisme émetteur d'un dispositif d'identification devra respecter un cahier des charges comprenant des normes de sécurité et d'interopérabilité communes.

Un modèle décentralisé et interopérable

Le label favorisera ainsi le déploiement de systèmes décentralisés fournissant aux usagers une authentification forte, portable sur clé USB, sur téléphone mobile ou sur carte à puce. Ainsi avec la sortie relativement rapide (à échéance de deux ans) d'un référentiel garantissant l'authentification des certificats émis par des fournisseurs agréés, il sera possible de réduire une partie du retard pris par le volet public. D'où l'importance stratégique du projet Idénum. Les administrations comme les organismes financiers pourront alors amorcer la dématérialisation des procédures appelant une certitude sur l'identité : permettre par exemple aux usagers d'ouvrir à distance un compte bancaire, signer numériquement des documents, des attestations et se connecter à des sites administratifs équipés de la technologie… Pour que l'ensemble fonctionne de manière étendue, le projet privé, comme le projet public (s'il devait être relancé), devront aussi trouver le modèle de concordance propre à assurer la cohérence et la complémentarité des dispositifs.
 


Pour aller plus loin

Lire aussi