Développement des territoires - Sdrif : la région espère une entrée en vigueur au 1er janvier 2014


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

L'enquête publique sur le schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) a démarré le 28 mars. Pendant un mois, elle va permettre de recueillir les avis des Franciliens sur le projet et d'aboutir à une version finalisée qui devra être examinée par le conseil régional en octobre 2013.

L'enquête publique sur la nouvelle version du schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) a démarré le 28 mars 2013 et doit prendre fin le 30 avril 2013. "Une étape très importante, démocratique", explique à Localtis Alain Amédro, vice-président de la région Ile-de-France, chargé de l'aménagement du territoire. Cette étape fait suite à une phase de concertations qui s'est étendue sur plusieurs années et auprès de tous les publics concernés (élus, Franciliens, professionnels, Etat, intercommunalités, chambres consulaires…) à travers des ateliers territoriaux, des "focus groups" ou réunions de citoyens et des conférences territoriales. La dernière en date s'est tenue le 27 mars, réunissant quelque 850 personnes à la Maison de la chimie à Paris, pour donner le coup d'envoi de l'enquête.
Le Sdrif actuel date de 1994. Il a été mis en révision suite à un bilan en 2004-2005. Un nouveau Sdrif avait été adopté par le conseil régional le 25 septembre 2008 mais n'avait pas reçu le quitus du Conseil d'Etat. Un travail de révision a alors été entrepris jusqu'au nouveau projet arrêté en octobre 2012. "Tout est allé ensuite très vite, explique-t-on à la région. Le lancement de la révision a démarré en 2011, et là on lance l'enquête publique avant l'été 2013 !"
Le Sdrif doit permettre de définir les grands projets pour la région d'ici à 2030. Il projette, de manière transversale, une vision de ce que sera la région Ile-de-France dans vingt-cinq ans, et aborde tous les sujets en lien avec cette vision : logement, services, déplacements, activité, loisirs, qualité de l'air, espaces naturels...

"On est dans un processus de coopération"

Il donne un cadre à l'organisation de l'espace francilien et fixe des objectifs précis en matière de logements (70.000 nouveaux logements par an), d'emploi (création de 28.000 emplois par an), de transport (modernisation du réseau existant et construction du Grand Paris Express).
Le Sdrif fixe ainsi un cadre et des limites, mais laisse aussi aux collectivités territoriales franciliennes la traduction de ces grandes orientations au niveau local. "On est davantage dans un processus de coopération que dans l'imposition", détaille Alain Amédro.
L'enquête publique lancée le 28 mars va permettre aux Franciliens, à travers 29 lieux et sur internet, de donner leur avis. Après quoi, un rapport sera élaboré par la commission d'enquête. "L'enquête peut déboucher sur des modifications ou des ajustements du Sdrif, si la commission d'enquête le demande et en fonction des retours", précise Alain Amédro. Ensuite, viendra le moment où le Sdrif devra être adopté par le conseil régional en octobre 2013 et repassera dans les mains du Conseil d'Etat pour approbation.
Une fois adopté et validé par le Conseil d'Etat, le Sdrif pourra entrer en application, à partir du 1er janvier 2014. "Cela permettra de sécuriser certaines professions, comme les agriculteurs, les aménageurs, et de se pencher sur la mise en œuvre." Le Sdrif prévoit notamment une aide aux maires bâtisseurs. "Ils font le logement, nous les aidons pour les équipements", détaille Alain Amédro. 

Lire aussi