Premier débat public en vue sur un projet lié aux énergies renouvelables


Envoyer à un contact

Vos coordonnées

Coordonnées de votre/vos contact(s)

*Champs obligatoires.

Jusqu’au 25 mars, le public a pu communiquer à une commission particulière de débat public (CPDP) son opinion sur les thèmes qui seront développés dans le cadre d’un débat sur un projet relatif aux énergies renouvelables. Ce sera en effet une première au printemps : un débat public sera lancé à propos de l’implantation d’un parc éolien en mer, composé de 140 éoliennes environ pour une puissance totale de 700 MW. Dit "des Deux-Côtes", ce parc se situerait à plus de 14 km des côtes picardes et haut-normandes. La procédure de débat public s’applique au projet étant donné que l’aménagement du territoire qu’il engendre nécessiterait un investissement dépassant largement les 300 millions d’euros. Il atteindrait en effet 1,8 milliard d’euros. Le bilan économique du projet et la rentabilité du parc figurent d’ailleurs parmi les dix thèmes soumis à la consultation du public sur Internet et synthétisés par une CPDP composée de trois membres dont une élue, Chantal Sayaret, adjointe au maire du Havre chargée de l'environnement. Les autres thèmes concernent naturellement les impacts environnementaux du projet mais aussi les enjeux de sécurité qu’il pose, ses retombées en termes d'emplois, son articulation avec d’autres projets de parc ou ses conséquences sur le tourisme et la pêche professionnelle. Le 29 mars, les résultats de cette première étape de consultation seront communiqués sur le site dédié à ce débat public.
Pour le Comité de liaison énergies renouvelables (Cler), "ce débat sera aussi l’occasion d’échanger, au delà du projet des Deux-Côtes, autour de la question énergétique en France, de l’éolien en général et de l’off-shore en particulier. En effet, la filière éolienne a particulièrement besoin de soutien face aux habituels réfractaires anti-éolien toujours prêts à alimenter le débat virulent contre cette énergie renouvelable".

 

Morgan Boëdec / Victoires éditions


Pour aller plus loin

Lire aussi